Categories Politique

« Le 11 mai, les Sénégalais attendaient un vrai général, ils ont eu droit à un déserteur », dénoncent FDS

Le Sénégal ressemble à un navire sans capitaine depuis la récente sortie du chef de l’Etat sur les nouvelles mesures assouplissant l’état d’urgence. Ce constat fait, les Forces démocratiques du Sénégal qui estiment que Macky Sall a démissionné de ses responsabilités, appellent le peuple à reprendre en main la lutte contre le coronavirus.

Parce que Macky Sall et son équipe ont abandonné la lutte contre la pandémie du Coronavirus, les Forces démocratiques du Sénégal (Fds) appellent à la mobilisation. Babacar Diop et Cie demandent aux forces vives de reprendre la lutte politique «afin de parler pour le peuple abandonné à  son propre sort». C’est pourquoi, Fds invite Macky Sall à matérialiser officiellement cette démission de fait. «En vérité, on peut confiner des malades, mais on ne confine pas la démocratie», affirme le leader des Fds. Qui ajoute : «Macky Sall a choisi d’exposer sa population en sacrifiant surtout les personnes âgées et celles atteintes de maladies chroniques. Pourtant notre société a toujours veillé sur les personnes d’un âge avancé. Nous savons tous que le taux de la mortalité de la maladie sur la population générale est de 2,7 %, de 8 % chez les plus de 70 ans, de 15 % chez les plus de 80 ans».

Dans le même sillage, Fds invite le Gouvernement à revoir sa décision «manifestement précipitée» de rouvrir les écoles à partir du 02 juin prochain, sans avis favorable des autorités sanitaires, sans concertation avec les syndicats des enseignants, les parents et les élèves, les principaux concernés. Le forcing, à les entendre, «ne produira qu’un échec cuisant».

Commentant l’adresse à la Nation du chef de l’Etat, Babacar Diop et ses camarades estiment que «le lundi 11 mai 2020, les Sénégalais attendaient un chef d’Etat, un vrai général de guerre contre la covid-19, l’ennemi qui menace notre pays. À la place, ils ont eu droit à un spectacle affligeant d’un déserteur qui a choisi d’abandonner son peuple. Aujourd’hui, le Sénégal ressemble à un navire sans capitaine. En vérité, Macky Sall, après avoir demandé tous les pouvoirs, a démissionné de ses responsabilités. Le peuple a constaté en direct à la télévision la vacance du pouvoir». S’agissant de la nouvelle stratégie du Gouvernement contre la covid-19, ils qualifient cela à un tissu de contradictions et d’incohérences. «La communication de peur autour du slogan : ‘Restez chez vous’ a subitement changé sans explication et sans mesures conséquentes. Le gouvernement a trouvé un nouveau slogan : ‘Sortez de chez vous’ pour aller dans les lieux de culte, les marchés, les ‘loumas’, les écoles. Pourtant, la maladie connait une phase ascendante. Les chiffres renseignent sur les menaces graves qui pèsent sur notre population».

Le Sénégal a dépassé la barre de 2 000 cas positifs confirmés dont plus de 1 300 sous traitement et plus de 700 cas contacts suivis par les services du ministère de la Santé et de l’Action sociale. En 10 jours, le Sénégal a enregistré plus de 500 cas confirmés et plus de 10 décès. Tous les spécialistes prédisent un engorgement des hôpitaux et le débordement d’un personnel soignant sous-équipé. Plus d’une vingtaine de médecins ont été testés positifs. Ce qui fera dire à Babacar Diop et Cie, que «désormais, ce qui était présenté au début de l’épidémie comme une exception sénégalaise, s’est transformé en un cauchemar. Le Sénégal fait partie des pays africains les plus touchés par la pandémie, derrière la Côte d’Ivoire (1 912 cas confirmés), le Burkina Fasso (773 cas confirmés), le Mali (758 cas confirmés) ou le Bénin (327 cas confirmés)». Ces pays qui présentaient une situation épidémiologique plus inquiétante, à les entendre, «ont réussi à redresser la barre, pendant que le Sénégal fonce tout droit vers la catastrophe».

 

 

 

 

 

 

 

Magib GAYE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *