LIGUE 1: enseignements de la première journée

Écrit par elhadj on . Publié dans Sport

Lors de la première journée de la Ligue 1 jouée ce week-end, les quatre premiers de la précédente saison, respectivement, As Pikine, Jaraaf, Casa Sports et Port, ont courbé l’échine devant leurs adversaires respectifs : Olympique de Ngo, Ngb, Suneor et Uso. La nuit a surtout été très longue du côté du Jaraaf et du Port qui ont pris le carton devant leurs adversaires.

Le champion en titre du Sénégal (As Pikine) a connu une entrée timide ce week-end, lors de la première journée de la Ligue 1. L’équipe du président Modou Fall a tout simplement été tenue en échec (1-1), sur la pelouse du stade Amadou Barry, par l’Olympique de Ngor. Un nul qui freine les ardeurs de cette équipe de la grande banlieue dakaroise qui est plutôt appelée à revoir son travail dans la préparation, pour corriger les errements notés. C’est vrai qu’on vient juste de jouer la première journée, mais si on se réfère à la façon dont l’équipe d’Alassane Dia a joué, les observateurs assidus notent qu’il y a encore du travail à faire.

 

Jaraaf, la grosse déception

Voir le Jaraaf perdre par 3 buts à 1 devant Ngb, peu d’observateurs assidus du football sénégalais ont osé parier sur ce résultat. Ce fut pourtant la triste réalité qui a plongé dans le noir la grande famille des «Vert et blanc» de la Médina. Normal. Parce que, samedi dernier, sur la nouvelle pelouse du stade Demba Diop, ils ont été malmenés, ballottés et étrillés (3-1) par l’équipe des quartiers populaires de Niarry Tally, Grand-Dakar et Biscuiterie.

En effet, face à la maîtrise technique et collective des hommes de Lamine Dieng, ceux d’Amara Traoré étaient plus dans le vent que sur le terrain. Ils erraient, avec de gros écarts entre les lignes. Ils semblaient ainsi être perdus dans le système de jeu, voire l’animation mis en place par leur coach. Des errements qui facilitaient la fluidité du jeu à l’équipe adverse. Bien positionnés sur l’aire de jeu, les joueurs de Lamine Dieng répétaient leurs «gammes». Et très bien, techniquement et tactiquement. On aurait même dit que c’était les «Vert et blanc» du Jaraaf, habitués à séduire le public par leur jeu technique et tactique, qui étaient habillés en bleu. Que nenni. C’était bien Niarry Tally. Mais, si on sait que c’est le coach Lamine Dieng qui est à la baguette, l’impression devient compréhensive.

Très à l’aise dans la disposition technico-tactique mise en place par leur coach, le capitaine Auguste Ndiaye et ses coéquipiers évoluaient dans un jeu triangulaire. Ceci, de la défense à l’attaque. Bien que positionné sur la flanc droit de l’attaque, Abdoulaye Bâ qui était le dépositaire du jeu de Ngb, donnait du fil à retordre à ses adversaires. Par sa maîtrise technique et son port de balle «impeccable», cet olympique sénégalais a souvent mis dans le vent ses gardes de corps pour camper le danger dans le camp adverse.

«Le Jaraaf a été incapable de trouver des solutions face au jeu de Niarry Tally qui est basé sur la possession du ballon et le déséquilibre», a tout simplement commenté un observateur assidu du football sénégalais. «Je ne reconnais pas ce Jaraaf là», s’est écrié, de son côté, Abdou Guèye, un des affidés des «Vert et blanc» de la Médina. Face à l’As Douanes, lors de la deuxième journée qui pointe à l’horizon, le coach Amara Traoré est appelé à revoir son système pour se relancer. A défaut, bonjour les dégâts.

Au Port, on regrette les absences de Malick Daff

A l’absence de Malick Daff, le Port coule devant l’Uso (0-3). Tel pourrait être le titre à donner à ce match joué, avant-hier, dimanche, à Demba Diop. Oui, le Port a coulé, parce qu’il n’était pas amené par son coach Malick Daff qui était à Mbour pour seconder Joseph Koto sur le banc de l’équipe nationale junior. Celle-ci livrait, en effet, le même jour et à la même heure, un second match amical contre le Mali. Le Port a aussi raté son entrée en matière, à cause justement des absences répétées de son entraîneur (Malick Daff) qui était souvent à Toubab Dialaw, dans le cadre de la préparation de cette équipe nationale junior.

Du côté de Diourbel, le Casa a été cueilli à froid par la Suneor (2-1). Une défaite à loger dans le cadre de la mauvaise préparation. Peut-être, même si le coach Demba Ramata Ndiaye parle d’un manque d’effectif dû au traitement des licences. Mais, à voir la composition de son équipe, où figuraient tous les cadres des deux précédentes saison, l’argumentaire de Demba Ramata Ndiaye est peu convaincant. Il est plutôt appelé à revoir son organisation et le système à mettre en place, pour ne pas décevoir lors de la deuxième journée.

Mamanding Nicolas SONKO