Categories ChroniquesMoustapha DIOP

CHRONIQUE DE MOUSTAPHA

                                            NON-ASSISTANCE A…PRESSE EN DANGER

La presse sénégalaise est en danger. Et plusieurs faits le confirment. A quelques exceptions près, de nombreuses entreprises de presse agonisent. Des journaux disparaissent, des radios ferment. Et cela ne semble émouvoir personne. Les autorités assistent avec délectation au triste spectacle d’acteurs de la presse qui se débattent comme ils peuvent pour espérer survivre. Oubliant ainsi qu’une démocratie se mesure d’abord à la liberté et à la possibilité donnée à chaque citoyen de s’exprimer librement. Les Américains l’ont tellement bien compris que le premier amendement de la Constitution des Etats-Unis interdit au Congrès d’adopter des lois limitant la liberté de religion et d’expression, la liberté de la presse ou le droit de s’assembler pacifiquement.

En réalité, plusieurs raisons peuvent expliquer les difficultés auxquelles font actuellement face les entreprises et acteurs de la presse. Parmi ces raisons, on peut citer cette tendance à la gratuité de l’information. «L’information gratuite, c’est la destruction de la valeur de l’information», avertit Edwy Plenel, le fondateur du très redouté site d’informations Mediapart. La tendance à la gratuité due principalement à l’Internet n’épargne pas la presse sénégalaise. De nombreux sites Internet résument leur travail à pomper les quotidiens sans verser le moindre centime aux privés qui emploient régulièrement des journalistes en plus de dépenser des millions tous les jours pour faire vivre les entreprises. Mais que fait l’Etat face à une telle situation ? Rien, si ce n’est choisir ses propres «amis» à qui on donne tout pour faire passer de l’information souvent destinée à la propagande politique. On n’informe plus pour servir le grand nombre, les sans voix, mais juste pour servir ceux qui disposent de puissants moyens pour se faire entendre. Résultat : le citoyen ne se retrouve plus dans le travail des journalistes. Or, la mission première de tout journaliste peut se résumer  à faire la lumière afin que les citoyens trouvent eux-mêmes leur chemin. Il est donc regrettable que la presse, dans sa grande majorité, n’éclaire plus le chemin pour le citoyen. Les journalistes ont plutôt tendance à mener le citoyen sur le chemin sur lequel ils veulent qu’il s’engage. Et ce dépassement de fonction pousse de plus en plus de Sénégalais à faire de moins en moins confiance à la presse. Et cela contribue fortement à la destruction de l’information, donc des entreprises de presse.

Pis, l’Etat qui traîne le pas pour l’entrée en vigueur de la nouvelle convention collective des journalistes, ne fait absolument rien pour réguler le marché de la publicité. Ce, malgré les nombreuses propositions qui lui ont été faites par d’éminents acteurs de la presse. Pourtant, les autorités le savent : il est bel et bien possible de faire régner un minimum d’ordre dans le marché publicitaire. En France par exemple, le président Nicolas Sarkozy n’avait pas hésité à supprimer la publicité sur les chaînes de télévision du service public. Parce que, soutenait le prédécesseur de François Hollande, les chaînes publiques doivent se démarquer des chaînes commerciales en étant plus exigeantes sur la qualité. Il est vrai que cette interdiction avait posé quelques problèmes dans les médias du service public, mais elle avait permis à plusieurs entreprises de presse du privé de sortir la tête de l’eau. Ce qui avait d’ailleurs poussé certains à accuser Sarkozy d’avoir servi ses «amis» patrons de presse. Au Sénégal, les différents régimes ont servi leurs «amis» de la presse, parfois en violation flagrante de la loi. Il s’y ajoute que les médias nationaux entretenus grâce à l’argent du contribuable ne font que servir le Prince et son pouvoir. Pourquoi devraient-ils alors continuer à disputer le marché de la pub aux chaînes commerciales qui ne reçoivent rien de l’Etat, si ce n’est une subvention dérisoire pompeusement appelée «aide à la presse» et qui en réalité n’aide que les amis du Prince.

Mais les entreprises de presse au Sénégal ne souffrent pas que du manque de moyens et de la gratuité de l’information. Le manque de formation des journalistes se ressent également sur le produit servi au public. Pourtant, les écoles de formation en journalisme poussent comme des champignons à Dakar. C’est que, comme l’écrit l’Américain Ted Koppel, «les écoles de journalisme sont (parfois) une perte de temps totale et absolue». Une manière de dire qu’en plus de compléter les enseignements théoriques des écoles, la formation sur le tas est parfois la meilleure. Malheureusement, avec l’avènement des nombreuses chaînes de télé, les journalistes ne prennent plus le temps de la formation. Et les nombreuses lacunes qu’ils trainent sont en train de tuer l’information. Il est donc urgent de sauver la presse d’une mort certaine.

A lire chaque Mardi…

Par Moustapha DIOP

20 thoughts on “CHRONIQUE DE MOUSTAPHA”

  1. L’Etat n’a pas à intervenir pour aider la presse dans les circonstances au Sénégal, la presse n’est pas la seule structure qui est en difficulté et elle n’est pas si indispensable vu son contenu.La presse est censée informer pour éviter les dérives de nos dirigeants, mais en réalité ce n’est pas parce que la presse nous informe que les dérives sont moindres, rien ne s’améliore du fait qu’on soit informé. Aujourd’hui, beaucoup boycotte les médias car ils sont avant tout le lieu pour voir des politiciens se faire la guerre. Les médias ne font du buzz que quand il s’agit de parler politique. La société a des préoccupations et ce n’est ni la guerre entre les politiciens, ni la guerre entre politique et presse qui va les résoudre. S’informer, c’est obligatoire et je ne dirai jamais le contraire mais d’une part, la plupart des presses fait vivre ses intérêts et rien que pour eux, personne n’a envie que l’Etat, payé par notre argent, utilise son temps de travail pour venir en aide aux groupes de presse. D’autre part, nous avons besoin de construire ensemble, à quoi bon savoir ce qui cloche si on n’a pas de solutions pour résoudre les problèmes. #difficiledefaireconfianceàlapresseetauxpoliticiens

  2. Merci l’éminent professeur Moustapha d’avoir poser le débat l’état a failli à sa mission régalienne pour ce qui est de la presse.les hommes qui incarnent l’état dans ce pays n’ont pas de vision pour la presse

  3. I’m really impressed with your writing skills and also with the
    layout on your weblog. Is this a paid theme or did you customize it yourself?

    Either way keep up the excellent quality writing, it’s rare to see a nice blog
    like this one nowadays. Gamefly 3 month free trial

  4. I’d like to thank you for the efforts you have put in writing this website.
    I’m hoping to see the same high-grade content by you later on as well.
    In truth, your creative writing abilities has encouraged me to get my own website
    now 😉

  5. This design is wicked! You certainly know how to keep a reader entertained.
    Between your wit and your videos, I was almost moved to start
    my own blog (well, almost…HaHa!) Fantastic job. I really enjoyed
    what you had to say, and more than that, how you
    presented it. Too cool!

  6. My spouse and I stumbled over here by a different page and thought I might as well check things out.
    I like what I see so now i’m following you. Look forward to exploring your web page repeatedly.

  7. Somebody necessarily assist to make critically articles
    I would state. This is the very first time I frequented your website page and to
    this point? I amazed with the analysis you made to make
    this particular post extraordinary. Magnificent process!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *