Categories Politique

Coalition Taxawu Sénégal : entre « Khalifistes » et « rewmistes », le bulletin brûle

Si Idrissa Seck et Khalifa Sall ne retiennent pas leurs troupes, on s’achemine tout droit vers l’éclatement de la coalition Taxawu Sénégal. Cette coalition regroupant entre autres leaders Idrissa Seck, Khalifa Sall et Cheikh Bamba Dièye et qui avait permis l’élection de l’ex- maire de Dakar à l’Assemblée nationale aux dernières législatives. Et pour cause : les «khalifistes» et les «rewmistes» se livrent à une bataille sans merci depuis quelques temps, s’accusant mutuellement de «deal» avec le pouvoir.

 

Rien ne va plus entre les partisans de Idrissa Seck et ceux de Khalifa Sall. Les camps ne parlent plus le même langage. Pire, l’heure est aux invectives et autres insanités dans les réseaux sociaux. Tout est parti de la position de Barthélemy Dias appelant l’opposition à quitter la table du dialogue politique qu’il qualifie de «farce» suite au refus du Président Macky Sall de gracier Khalifa Sall. Mais c’est surtout la dernière sortie du maire de Mermoz Sacré-Cœur insinuant qu’il existerait un deal entre Idrissa Seck et Macky Sall au sujet du statut du leader de l’opposition dont certains affirment que l’heureux élu pourrait disposer d’une caisse noire de deux milliards de francs Cfa. «Macky Sall travaille à obtenir un 3ème mandat avec la complicité des dealers de l’opposition. Il est en train de vouloir endormir toute la Nation, parce qu’obnubilé par un troisième mandat», affirme Barthélémy Dias dans un entretien avec Vox Populi. Suffisant pour que les partisans de Idrissa Seck estiment que le bras droit de Khalifa Sall vise le leader du Rewmi qui serait intéressé par la position de leader de l’opposition. «Il est l’heure de faire face aux ‘insinuations de mauvaise foi’ et ‘des procès d’intention sans fondement’ de Barthelemy sur la personne du Président Idrissa Seck.  Trop c’est trop! Nous en avons assez des insinuations de mauvaise foi et des procès d’intention sans fondement sur la personne du Président Idrissa Seck. Nous avons, par esprit démocratique et par courtoisie républicaine, permis à des acteurs politiques de tous bords, d’apprécier à leur convenance la démarche quotidienne du Président Idrissa Seck sur sa stratégie de conquête du pouvoir: c’est ça la beauté de la démocratie.

Cependant, cette posture républicaine du Rewmi ne doit pas être utilisée par certains haineux pour colporter des mensonges plats, raconter des contre-vérités et s’adosser sur une intention manifeste de nuire. Nous ne l’accepterons plus», peste Mory Guèye le secrétaire national à la jeunesse du Rewmi.  «Le statut du chef de l’opposition n’est pas un privilège pour le Président Idrissa Seck. C’est une disposition adoptée par le peuple le 20 mars 2016 par référendum et prévue dans notre constitution pour raviver la flamme de la démocratie sénégalaise. Pour rappel, le Président Idrissa Seck, qui avait voté NON à ce référendum, ne se soucie guère des strapontins et prébendes qu’il pouvait gracieusement obtenir avec le régime actuel en restant au pouvoir, mais il a toujours préféré cheminer avec le peuple dont il est le digne représentant», ajoute Mory Guèye.

Son camarade de parti Babacar Mar de s’interroger en ces termes : «Pourquoi Barthélemy ne peut pas parler sans violenter son discours? Nous devons, avant de parler, remuer la langue mille fois. Idrissa Seck n’est et ne sera jamais un dealer. Votre mentor (Khalifa Sall, Ndlr) et lui sont de bons amis et vous ne serez jamais l’origine d’une quelconque pomme de discorde, car nous sommes assez mâtures et respectueux de sa personne», tempère Docteur Babacar Mar, Secrétaire national chargé de la communication digitale du parti Rewmi.

 

Les partisans de Idrissa Seck soulignent par ailleurs que Khalifa Sall a quatre représentants autour de la table du dialogue politique. «Et d’ailleurs c’est le ‘mouvement’ pour ne pas dire parti le plus représentatif au dialogue politique avec quatre représentants. Donc, si les dialoguistes sont des dealers, je pense que leur chef de gang est à Rebeuss. Ce dialogue politique à Ngor Diarama tous les jeudis et mardis le seul parti absent c’est le Pds sinon pour faire simple  tout le monde y est : Grand parti, Rewmi, Apr, Ps, Afp, Pastef, Pur…   Et les ‘dialoguistes’ sont à la phase finale des discussions qui traitent des modalités globales d’organisation des élections locales, les points sur le parrainage, la caution, le mode d’élection des maires et de présidents de conseils départementaux et le bulletin unique», précise un proche du parti de Idrissa Seck en guise de réplique à Barthélemy Dias qui qualifie ce dialogue de farce et les «dialoguistes» de «dealers».

C’est pour dire que si Idrissa Seck et Khalifa Sall ne retiennent pas leurs troupes, on s’achemine tout droit vers l’éclatement de la coalition Taxawu Sénégal. Cette coalition regroupant entre autres leaders Idrissa Seck, Khalifa Sall et Cheikh Bamba Dièye et qui avait permis l’élection de l’ex-maire de Dakar à l’Assemblée nationale aux dernières législatives. Tout comme les Khalifistes ont également, à leur tour, soutenu la candidature de Idrissa Seck à la présidentielle de 2019. Un soutien  qui a permis au leader de Rewmi d’arriver en deuxième position derrière Macky Sall.

 

 

 

 

 

 

 

Georges Nesta DIOP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *