Categories ActualitésJustice

CONDITIONS MATÉRIELLES D’EXERCICE : Les magistrats interpellent l’Etat

Moment ne pouvait être plus propice, pour les magistrats, que la rentrée solennelle des Cours et tribunaux, pour interpeller le chef de l’Etat sur leurs conditions de travail. Comme avec le 1er mai, pour les travailleurs, ils ont sensibilisé directement le président de la République sur leurs difficiles conditions d’exercice.

L’audience solennelle de la rentrée de l’année judiciaire 2019-2020 a été l’occasion pour les magistrats de réitérer leurs vieilles doléances. Lesquelles ont été évoquées l’année dernière. «Le musée dynamique, maison des arts à la base, au prix de quelques travaux, a été réaménagé pour accueillir provisoirement la Cour suprême qui a dû quitter précipitamment le palais du Cap manuel. Trente ans après, nous y sommes toujours, mais fort à l’étroit, dans ce bâtiment marqué par les stigmates du temps. La Cour suprême a tout simplement besoin d’un siège qui soit à la hauteur de son rang et de sa place dans la nation», renouvelle Cheikh Ahmed Tidiane Coulibaly, procureur général prés la Cour suprême. «Je souhaiterais aussi me faire l’écho à cet instant solennel, des difficultés d’organisation et de fonctionnement du Centre de formation judiciaire (Cfj) devenu un établissement public de formation. Son personnel tarde à être mis en place et il ne dispose pas de locaux adéquats pour recevoir les élèves-magistrats, les élèves-greffiers, les élèves-assistants sociaux et éducateurs spécialisés et autres interprètes judiciaires et continuer à dispenser une formation de qualité avec les standards requis, indispensables aux métiers auxquels ses pensionnaires sont destinés», embraie-t-il.

En réponse, le chef de l’Etat renouvelle, à son tour, ses promesses. «J’ai pris bonne note de votre demande légitime pour la construction d’un siège de la Cour suprême. Je prends la décision de faire construire ce siège de la Cour suprême près du Palais de Justice de Dakar, si l’espace est suffisant. Si ce n’est pas le cas, nous trouverons un espace approprié à Dakar ou dans la ville de Diamniadio si les magistrats le souhaitent», a-t-il déclaré.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *