Categories Contributions

Covid-19: le peuple doit saillir face à un Etat qui a failli (Par Thierno BOCOUM)

CONTRIBUTION

La situation épidémique liée au COVID-19 est de plus en plus inquiétante. La pathologie gagne gravement du terrain. Les citoyens doivent davantage s’impliquer, chacun doit en faire une affaire personnelle. – Que les porteurs de voix, les dignitaires et les leaders d’opinion s’impliquent davantage, dans le cadre de la communauté.

– Que chaque citoyen soit le gendarme de son prochain. Sensibilisation et vigilance doivent rythmer nos relations quotidiennes. Sensibiliser sur les bonnes pratiques, dénoncer les mauvaises pratiques. – Que chaque citoyen respecte les mesures barrières et les fasse respecter à son cercle d’influence (famille, quartier, groupes sociaux…)

Il est temps de créer une majorité d’action dans une démarche communautaire pour faire face à l’évolution du virus. L’Etat sénégalais a failli.

Le président de la République a très tôt montré sa préférence entre le riz et les masques, entre le sucre et l’équipement du personnel de santé, entre l’huile et la rénovation d’un service de réanimation comme celui de Ziguinchor dont l’abandon a été récemment décrié par le professeur Seydi. Il a préféré aider, en majorité, des démunis à la place des impactés.

Des démunis qui l’ont été hier, qui le sont aujourd’hui et qui le resteront demain si des réformes structurelles majeures ne touchent pas leurs conditions de vie. Au moment où de véritables impactés sont laissés en rade notamment 80% de la population active qui est concentrée dans le secteur informel.

Face à un triomphalisme béat dès le début de l’épidémie avec l’insistance sur le taux de guérison et sur une certaine exception sénégalaise en terme de maîtrise de l’évolution du virus, la réalité nous rattrape. Le Sénégal fait partie aujourd’hui du top 10 des pays où la propagation du virus est le plus rapide. Il est donc clair que l’Etat Sénégalais a péché dans les stratégies et dans l’ordre de priorité face à des moyens financiers et techniques limités.

Cependant, l’Etat reste toujours au début et à la fin de tout processus décisionnel. Cet État doit alors se ressaisir. Il faudra qu’il travaille à soutenir les relais sociaux pour une gestion communautaire du virus et à renforcer son système sanitaire pour faire face à un rush dans les structures de santé. Il faudra également mettre à la disposition des populations suffisamment de masques et veiller au respect scrupuleux de la distanciation physique.

A l’état actuel de l’évolution du virus, il revient particulièrement aux populations de redresser la pente en s’impliquant davantage dans la sensibilisation et le respect des mesures barrières.

 

 

 

Thierno Bocoum
President du mouvement AGIR

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *