Non classé

Discipline de parti : La capacité de Macky à tenir ses hommes en question

Les élections territoriales, allant des investitures au scrutin du 23 janvier dernier, ont illustré la grande faille au niveau de la majorité présidentielle, posant le débat sur la capacité du président Macky Sall à gérer ses hommes, surtout en perspective des élections législatives.

Le président Macky Sall n’est pas parvenu à conquérir des villes comme Dakar, Thiès et à conserver Guédiawaye, notamment en raison des divisions au sein de sa majorité, en général et de l’Apr en particulier. Chacun veut montrer sa suprématie au point de multiplier les listes lors des dernières élections territoriales. Les problèmes internes de la coalition atterrissant toujours sur la place publique et touchant la marche de la majorité présidentielle, posent la question de la capacité du président Macky Sall à gérer ses hommes. Les divergences risquent de s’accentuer au sein de la majorité dans les mois à venir quand il s’agira de faire des choix pour les élections législatives prévues au mois de juin ou juillet à venir. Macky a du pain sur la planche.

Or, dans le cadre des dernières élections territoriales, Macky Sall, leader de la coalition présidentielle avait reçu en audience la conférence de leaders de la majorité présidentielle. Au cours de la rencontre, il a demandé à ces derniers de travailler sur 5 principes pour espérer gagner. Il s’agit en particulier de mettre en avant «l’intérêt général, la discipline, la cohésion, l’unité et la capacité de mobilisation».

Au bout du compte, l’intérêt personnel a pris le dessus sur l’intérêt général dans de nombreuses localités. Ce qui a permis, selon Me Ousmane Sèye et Me El Hadji Diouf de perdre des villes comme Thiès, «même si les résultats sont encore provisoires». Parce que «la somme des résultats d’Abdoulaye Dièye et de Benno bokk yaakaar est supérieure à celle de Yewwi askan wi», précise Me El Hadji Diouf.

A Ziguinchor, Doudou Kâ a lâché en pleine campagne électorale et à quelques jours du scrutin son camarade de parti, Benoît Sambou pour soutenir un adversaire. A Bignona, Aubin Sagna est tombé avec sa liste parallèle. Tout comme Mame Mbaye Niang à Dakar. Macky Sall a même été «agressé» dans sa base politique, à Fatick.

Ses tentatives de rapprochement se sont heurtées à l’intransigeance des responsables politiques comme Sory Kaba, Sitor Ndour, entre autres. Qui ont créé des listes parallèles.

D’autres responsables, notamment de l’Apr, même s’ils sont parvenus à gagner dans leurs localités, ont contesté les choix du président Macky Sall en allant créer des listes parallèles. C’est le cas, par exemple, de Mame Boye Diao à Kolda. A Tamba, Me Sidiki Kaba a catégoriquement contesté le choix de Mame Balla Lô avant de daigner battre campagne pour lui la dernière semaine avant le scrutin.

Ces comportements ne sont pas nouveaux au sein du parti présidentiel. Au point même d’agacer les alliés de Macky Sall comme Me Ousmane Sèye. «Il y a une indiscipline extraordinaire au sein de l’Apr… », a-t-il soutenu, indexant, entre autres, le cas de Ziguinchor où Doudou Ka est allé soutenir un adversaire de Benno.

En 2017, l’ancien Premier ministre Aminata Touré, membre du secrétariat exécutif de l’Apr étalait ses inquiétudes. «Le niveau d’indiscipline pour un parti au pouvoir n’est pas rassurant pour les citoyens. Les scènes de ménage qui n’en finissent pas exaspèrent les citoyens qui s’attendent plutôt à ce que ceux à qui le président Macky Sall a confié des responsabilités soient des exemples et travaillent exclusivement à résoudre leurs problèmes», déclarait-elle.

 

 

 

 

Thialice SENGHOR

What's your reaction?

Related Posts

1 of 64

Leave A Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *