Categories TECHNOLOGIE

Ecole polytechnique de Thiès : Des chercheurs mettent au point un respirateur artificiel

Une équipe de quatre chercheurs sénégalais a mis au point un  appareil respirateur artificiel à moindre coût qui pourrait être d’un apport considérable dans la lutte contre le coronavirus. Il s’agit d’une équipe d’enseignants chercheurs de l’Ecole polytechnique de Thiès, les docteurs Ibrahima Guèye, Ahmed Mouhamadou Wade, Mamadou Lamine Diagne et Ousmane Seydi, qui a permis au service de se doter des moyens d’accéder à une innovation d’une importance capitale devant lui permettre de sauver des vies et d’éviter en conséquence au Sénégal une hécatombe. Surtout qu’à l’heure actuelle, ce pays ne compte qu’une dizaine de respirateurs artificiels, ce qui, nul ne le souhaite, pourrait s’avérer insuffisant pour une prise en charge correcte des malades. En effet, cette machine est aujourd’hui la plus convoitée au monde de par son caractère précieux quand les malades de Covid-19 arrivent à un stade assez grave. La mise au point de ce prototype est d’autant pertinente en ces périodes de pandémie qu’il peut être d’une importance capitale pour la prise en charge de patients admis en soins intensifs et qui développent des syndromes respiratoires aigües. Mais aussi et surtout le prix moyen d’un de ces appareils tourne autour de 2,5 à un peu plus de 11 millions francs Cfa. Ce qui est colossal pour un pays sous-développé comme le Sénégal.

Toutefois l’équipe de chercheurs de préciser que l’appareil réalisé est un appareil d’urgence et qu’en conséquence il est perfectible à bien des niveaux. Etant entendu que, dans le court terme, il devrait permettre de répondre à une demande d’urgence sanitaire. Mais au-delà, il pourrait, dans le long terme, permettre d’équiper les hôpitaux du pays et pallier en conséquence le déficit en matériels dans les unités de soins intensifs. Aussi à les en croire, si les financements suivent, avec une main d’œuvre qualifiée, il est possible de produire des dizaines de ces appareils par jour et à des coûts abordables. Pour dire que, pour l’heure, la balle est dans le camp des autorités pour une validation de ce prototype.

 

 

 

 

 

Sidy DIENG

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *