Categories Non classé

Election à Touba : Et si Macky refusait la victoire

Aux dernières élections législatives, malgré les conditions désastreuses du déroulement, la coalition présidentielle a été laminée à Touba.

Un énième revers du camp de Macky Sall qui se révèle incapable de remporter une élection majeure dans la ville sainte. Pourtant, si Touba s’érige en une forteresse imprenable, c’est, en grande partie, par la seule volonté du leader de l’Apr.

Entre Macky Sall et l’électorat de Touba, c’est «je t’aime, moi non plus». Depuis qu’il est à la tête de l’Etat, le leader de l’Alliance pour la République (Apr) n’a remporté que les élections législatives qui ont suivi la présidentielle de 2012. Et, même à cette occasion, la grande coalition Benno Bokk Yakaar (Bby), qui n’avait pas perdu Idrissa Seck, Cheikh Bamba Dièye, Malick Gakou, Khalifa Sall et autres, n’avait devancé ce qui restait du Parti démocratique sénégalais (Pds), qui était seul, que de 6.928 voix. Un écart que le parti de Me Wade n’a pas fait que rattraper. Aux dernières législatives, c’est une véritable déculottée que le Pds a infligée à la coalition de Macky Sall qui était pourtant allée chercher une figure emblématique pour diriger sa liste dans la localité. Sur 105.285 suffrages valablement exprimés, la coalition Benno Bokk Yaakaar n’en a obtenu que 37.073 dans tout le département de Mbacké. Presque le tiers. Contre 50.071 voix engrangées par la coalition dirigée par Me Abdoulaye Wade. Une cuisante défaite, une humiliation même qui aurait pu pourtant être plus corsée si tous ceux qui voulaient voter avaient pu le faire. Inutile de revenir sur les conditions dans lesquelles le scrutin s’est déroulé.

Analysant leur débâcle, les responsables de Bby ont mis à l’index leurs adversaires. Pour Moustapha Cissé Lô, qui trouve qu’il n’y a pas eu d’élections à Touba, Serigne Assane Mbacké, Cheikh Bara Doli Mbacké et Cheikh Abdou Bara Doli Mbacké ont «saboté le scrutin». Pour Cheikh Abdou Lahad Mbacké, tête de liste de Bby dans la ville religieuse, «les populations de Touba n’ont pas oublié le Président Wade qui demeure très populaire dans la ville sainte». Deux positions qui peuvent bien résumer les réactions des autres responsables de la coalition au pouvoir à Touba. Ceux qui n’ont pas mis en cause l’organisation catastrophique du scrutin ont fait état de la grande popularité de Me Wade. Aucune voix, résonnant assez fort pour être entendue, n’a invoqué la responsabilité de Macky Sall dans cette défaite. Les quelques responsables de l’Apr qui ont mal accueilli la désignation de l’apolitique Cheikh Abdou Lahad Mbacké comme tête de liste de la coalition Bby, se sont plus tournés les pouces durant la campagne qu’ils n’ont mis en cause publiquement Macky Sall. Surfant sur cette vague, le Président Sall a minimisé la défaite et dédouané Cheikh Abdou Lahad Mbacké. «C’est vrai qu’on a perdu le département de Mbacké, mais ce n’est pas grave pour nous. Notre objectif, c’était d’obtenir une majorité écrasante, à l’échelle nationale. Dieu merci, nous avons réalisé cela», a commenté le Président Sall.

Oubli dans les nominations

Le leader de l’Apr qui, après chaque élection, sabre ceux qui ont perdu dans leur localité, philosophe et trouve qu’il n’est pas grave de perdre la deuxième localité la plus peuplée du Sénégal, après Dakar. Pour quelqu’un qui veut être élu en 2019 au premier tour, c’est plus qu’aberrant. Ce «ce n’est pas grave» de ce Macky Sall résignant, résonne tel un coup de feu que le leader de l’Apr se tire dans le pied. Accidentellement ou expressément ? Là demeure la grande question.

De nombreuses c peuvent amener à penser que Macky Sall se saborde tout seul à Touba. Certains responsables de l’Apr, interrogés à ce sujet, ne sont pas loin de faire la même remarque. En dehors de la grande popularité de Me Wade, ils considèrent que ce sont les actes que Macky Sall a posés ou qu’il n’a pas posés qui ont fait de Touba un bastion indéboulonnable du Pds. Selon eux, après avoir débuté ses déclarations, en tant que président de la République, par une retentissante remarque qui veut que les marabouts soient de «simples citoyens», Macky Sall a mis en avant des responsables loin de faire l’unanimité dans la cité religieuse. En effet, avec Abdou Lahad Seck Sadaga, Gallo Bâ et Moustapha Cissé Lô, plus clivants que rassembleurs, les insultes fusent plus que les programmes de développement. En outre, expliquent toujours ces membres de l’Apr, en s’occupant des marabouts qui lui sont favorables, Macky Sall s’est totalement coupé de la population. «Dans tout le département de Mbacké, il n’y a que Gallo Bâ qui a été nommé directeur d’une société. Ministre, on n’en parle même pas. Le dernier remaniement ministériel a été attendu comme le moment de mettre en avant des fils de la localité. Vous avez vu ce qui s’est passé, aucun ministre dans tout le département. C’est comme si le Président ne faisait pas confiance aux fils de cette localité», observe un membre du parti présidentiel, qui insiste pour que son identité ne soit pas affichée.

Autant de considérations, conjuguées à la présence qualitative et massive des libéraux font que, malgré les nombreuses promesses et les quelques réalisations de Macky Sall dans la cité religieuse, le désamour est parti pour durer.

Mame Birame WATHIE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *