Une enquête pour viols ouverte contre Patrick Poivre d’Arvor

L’écrivaine Florence Porcel accuse l’ancien présentateur de l’avoir violée à deux reprises, en 2004 et en 2009. Elle a déposé plainte.

Nos confrères du Parisien révèlent ce jeudi 18 février qu’une enquête judiciaire pour « viols » a été ouverte cette semaine contre l’ancien présentateur du 20H de TF1 Patrick Poivre d’Arvor, suite à une plainte déposée par l’écrivaine Florence Porcel, âgée de 37 ans. Une information confirmée par l’AFP. L’enquête a été confiée à la brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP) de la PJ parisienne. La jeune femme affirme avoir été violée par le journaliste à deux reprises, en 2004 et 2009, « dans un contexte d’emprise psychologique et d’abus de pouvoir« , écrit le quotidien.

Florence Porcel explique avoir fait la rencontre de Patrick Poivre d’Arvor à l’automne 2004, alors qu’elle était étudiante à la Sorbonne. Elle lui aurait écrit pour lui témoigner son admiration suite à la lecture de l’un de ses livres. Après une conversation téléphonique le 7 novembre, il l’invite le lendemain à assister au JT de 20H, dans les locaux de la chaîne. C’est dans son bureau qu’il l’aurait violé une première fois. Elle a alors 21 ans, lui 36 de plus.

Emprise psychologique

L’écrivaine explique qu’à l’époque, elle ne prend pas conscience d’avoir été victime d’un viol, enfermée dans un mécanisme d’emprise psychologique vis-à-vis d’un homme qu’elle admire et alors qu’elle se sent isolée socialement, suite à de multiples hospitalisations pour soigner une tumeur au cerveau. Par la suite, elle continuera à échanger avec lui, et aura une nouvelle relation sexuelle avec lui, cette fois consentie.

En 2009, elle sollicite une nouvelle fois le journaliste pour une interview, dans le cadre de l’écriture de son mémoire de master. Patrick Poivre d’Arvor ne présente plus le 20H mais travaille pour la société de production A Prime Group, à Boulogne-Billancourt. Après avoir cherché à embrasser l’étudiante dans son bureau, qui l’aurait repoussé, il l’aurait contrainte à une fellation non protégée.

Un livre à clés publié en janvier

Florence Porcel dit avoir alors envisagé de déposer plainte pour viol, avant d’y renoncer au regard du statut du journaliste. Elle affirme toutefois avoir gardé les messages téléphoniques dans lesquels elle met en garde des amies contre le journaliste. C’est dans le contexte récent de libération de la parole qu’elle a finalement décidé de se tourner vers la justice.

Début janvier 2021, c’est dans un roman intitulé Pandorini, publié aux éditions JC Lattès, qu’elle raconte entre les lignes les agressions dont elle dit avoir été victime. Elle y met en scène une jeune femme qui rêve de devenir actrice et tombe entre les griffes d’un Harvey Weinstein à la française. L’éditeur n’aurait appris le rapprochement avec PPDA qu’au moment du dépôt de la plainte.

Des accusations « absurdes et mensongères »

Patrick Poivre d’Arvor, « récuse fermement » les accusations « absurdes et mensongères » de viol portées à son encontre, indique ce jeudi son avocat Me François Binet dans un communiqué à l’AFP. Il est « révolté par la manière dont on cherche à l’instrumentaliser pour assurer la promotion d’un roman », poursuit-il, précisant que l’ancien présentateur était prêt à être entendu par les enquêteurs, et comptait déposer plainte pour « dénonciation calomnieuse » contre Florence Porcel.

 

 

 

 

 

LCI

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*