Categories Société

Face au «mépris de l’Etat», les chauffeurs de taxi annoncent une marche le 22 juillet prochain

Les taximen comptent garer leur véhicule et manifester le 22 juillet pour protester contre le «mépris de l’Etat» face à leurs difficultés. Modou Ndiaye, le Secrétaire général du Syndicat démocratique des chauffeurs de taxi du Sénégal (Sdcts), affirme qu’il s’agit de donner un sens à leurs revendications face au «silence coupable» de l’Etat.

 

En conférence de presse, il dénonce «la mauvaise répartition» du fonds de riposte de la Covid19 et exige sa hausse jusqu’à hauteur d’un milliard en leur faveur. Il critique aussi le blocage du renouvellement des visites techniques,  l’épuisement des laisser-passer du fait de  «l’inertie» de la Direction des transports terrestres et  les sanctions infligées aux chauffeurs de taxi par certains agents de la circulation pour le non respect du nombre de places requises. Il dénonce également le manque d’implication des chauffeurs dans la loi d’orientation des transports, les «contraventions anormales» au niveau de la gare interurbaine des Baux maraîchers faites aux chauffeurs de taxi. Ces derniers qui dénoncent la  précarité de leurs conditions de travail et l’absence de contrats de travail,  fustigent les lenteurs judiciaires sur la mort de leur collègue Ibrahima Samb tué par balles dans une station d’essence à Yoff en 2016. «L’Etat doit revoir sa conduite en accordant plus d’attention aux revendications légitimes brandies par ces acteurs du transport. Dans cette dynamique, la Csa va se mobiliser et va soutenir toutes les actions de ce syndicat. Et à ce sujet, nous comptons prendre part à cette marche», affirme le Secrétaire général adjoint de la centrale syndicale Csa Ibrahima Guèye.

 

 

 

 

 

 

 

Théodore SEMEDO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *