Categories AthletismeSport

La Fédération déplore l’accueil réservé à ses athlètes médaillés des Jeux de la CEDEAO 

L’accueil réservé aux athlètes, de retour des Jeux de la Cedeao, laisse à désirer. Ce constat est établi par les dirigeants de la Fédération sénégalaise d’athlétisme qui dénoncent une discrimination vis-à-vis des autres fédérations.

Selon eux, ces jeunes sont revenus en catimini, malgré leur belle prestation lors de cette compétition qui s’est déroulée du 25 au 29 juillet 2019, à Niamey.

Au Sénégal, on accueille en grande pompe une équipe vaincue et ignorer celle qui s’est illustrée dans une compétition internationale. Ce constat est établi par les dirigeants de la Fédération sénégalaise d’athlétisme (Fsa). Lors d’un point de presse organisé, vendredi dernier, ces derniers ont déploré les attitudes des autorités publiques qui ont organisé, avec beaucoup de tintamarre, le retour de l’équipe nationale de football qui a perdu, en finale de la Coupe d’Afrique des nations (Can) face à l’Algérie (0-1),  en minimisant celle de l’athlétisme qui s’est illustrée, avec brio, aux Jeux de la Cedeao de la zone 2.

En effet, ces jeunes, en catégories U20 et séniors, sont revenus avec 8 médailles en or, 6 en argent et 5 en bronze. Mais malgré cette belle moisson, ils sont passés inaperçus au Sénégal. Ce qui frustre à la Fsa. «L’athlétisme ne bénéficie pas de la couverture qu’il mérite. Au retour, malgré les médailles glanées, c’est seulement la fédération qui est partie accueillir les athlètes qui avaient les visages tristes. C’est comme s’ils n’avaient pas gagné des médailles», a déploré Amadou Diao, deuxième vice-président de la Fsa. Avant d’ajouter : «L’autorité doit en tirer toutes les leçons pour que pareille situation ne se répète plus.  Si cela se répète, que ce soit en athlétisme ou ailleurs, on peut encaisser le forfait et rester à la maison. C’est beaucoup plus facile. Ce sera plus catastrophique pour notre pays», s’emporte-t-il.

Selon ce dernier, ce n’est pas l’équité qui est remise en cause, mais dans ce genre de situation, l’Etat se doit d’être à égale distance de l’ensemble des structures qui interviennent dans le sport pour plusieurs raisons. Amadou Diao refuse toutefois d’établir une comparaison au football et au basket qui font rentrer énormément d’argent. «Nous sommes tous des Sénégalais. Nous avons droit à un encadrement et un appui de notre Etat. On ne doit pas nous sous-estimer. Pour participer à une compétition, on leur donne des fiches techniques, ils attendent la veille pour nous dire que les billets d’avion ne sont pas disponibles. C’est pourquoi, nous avons raté la première journée», déplore-t-il.

Abondant dans le même sens, le Directeur technique national (Dtn), Papa Serigne Diène assure qu’il y a eu un travail extraordinaire qui a été fourni par les techniciens, après avoir reçu une bonne formation. Selon lui, ce travail s’est reflété sur ces résultats. Parce que, soutient-il, ils ont eu à participer à cette même compétition l’année dernière, en ne remportant que deux médailles. «Si cette fois-ci, on est présent sur toutes les épreuves, plus particulièrement, sur les courses d’obstacle et les sauts, il nous faut féliciter les entraineurs qui sont sur le terrain et les athlètes qui ont réalisé cette performance. On a souvent un problème de participation à ces genres de compétitions », se désole-t-il.

 

 

 

 

 

 

 

 

Salif KA

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *