Categories ActualitésSociété

GREVE : Les travailleurs de l’ONAs trainent Mansour FAYE dans les égouts

Les travailleurs de l’Office national d’assainissement du Sénégal (Onas) en veulent au ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement, Mansour Faye.

Ils l’accusent d’avoir bloqué la procédure de délivrance qui leur octroie neuf hectares constitués de parcelles appartenant à l’Onas au niveau de l’ancienne station d’épuration de la Patte d’Oie. Ils ont fait face à la presse, hier, pour inviter Macky Sall à raisonner son beau-frère.

La capitale dakaroise risque d’être envahie par les eaux usées dans les prochains jours si le président de la République, Macky Sall n’intervient pas. Les travailleurs de l’Office nationale d’assainissement du Sénégal (Onas) menacent de croiser les bras pour protester contre les agissements du ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement, Mansour Faye. Ce dernier, selon eux, a mis le coude sur la procédure de délivrance de leurs terrains à usage d’habitation situés au niveau de l’ancienne station d’épuration de Patte d’Oie.  Des terrains qu’ils estiment à 9 hectares, appartenant à l’Onas. «Le Cadre unitaire des syndicats de l’Office national d’assainissement du Sénégal (Onas-Cus) fait part de ses colères et mécontentements vis-à-vis des autorités sur le dossier concernant le site de la Patte d’Oie TF n°14. 046/DG et n° 26.718/DG. Sur cette question et pour votre information, l’Onas possède quelques 9 hectares qui abritaient l’ancienne station d’épuration. Et depuis plus de 20 ans durant, les travailleurs avaient formulé la demande de régularisation à titre d’habitations à travers leur coopérative d’habitat», informent Ababacar Kane, délégué du personnel du Cadre unitaire des syndicats de l’Office nationale de l’assainissement du Sénégal (Onas-Cus) et ses collègues. Faisant face à la presse, hier, Ababacar Kane et ses camardes soutiennent que c’est le président Macky Sall, lui-même, qui avait donné des instructions fermes à leur ministre de tutelle pour l’obtention de ces terrains, après qu’ils ont rempli toutes les modalités. Mais, à leur grande surprise, depuis un moment, ils ont noté un blocage dans la cession d’une partie, suite à une correspondance de Mansour Faye demandant de surseoir au processus. Et à chaque fois qu’ils interpellent ce dernier, c’est le flou total pour disent-ils, une affaire qui ne devrait même pas durer un mois. Un acte qu’ils considèrent comme de la provocation et du sabotage. «Ce qui démontre une volonté manifeste de certaines autorités (…) à vouloir faire capoter le processus, mais surtout remettre en cause les instructions du président de la République», martèlent-ils.

Estimant avoir épuisés toutes les procédures, ils lancent un dernier avertissement au chef de l’Etat pour qu’il se saisisse du dossier le plus rapidement possible. A défaut, ils vont partir en grève. Et le premier acte sera de fermer toutes les stations d’épuration de la capitale. Ils disent être prêts à y laisser leurs vies pour obtenir ces terrains qui leur reviennent de droit. «Nous allons déposer un préavis de grève dans les prochains jours. Nous sommes prêts à tous les combats que la loi nous autorise quitte à y laisser nos vies. Qu’on nous restitue nos parcelles sinon ça va chauffer et Dakar sera invivable, parce que nous allons fermer toutes les stations d’épuration», menacent Kane et Cie.

 

Samba BARRY

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *