Categories Santé

Hépatite B : près d’1,5 million de Sénégalais en souffriraient

1,5 million de Sénégalais sont porteurs du virus de l’hépatite B. 300 mille personnes sont séropositives de l’hépatite C. Ces chiffres ont été communiqués en marge de la célébration de la journée dédiée à ces pathologies.

Au Sénégal, on estime à environ 1,5 million de personnes qui seraient des porteurs chroniques du virus de l’hépatite B, dont 9 % seraient également co-infectées par le VIH. Le virus de l’hépatite B (VHB) se transmet par tous les liquides et sécrétions biologiques, le plus souvent par le sang, les objets souillés et le contact sexuel. Elle est considérée comme une maladie infectieuse extrêmement contagieuse. Le VHB est 50 à 100 fois plus infectieux que celui du virus du Sida. Il peut se transmettre de la mère à l’enfant au moment de l’accouchement, par les transfusions à risques, le contact étroit avec une personne infectée par la voie sexuelle, la toxicomanie par voie injectable. Pis le virus de l’hépatite B peut rester à l’air libre pendant des jours et il peut résister jusqu’à 100°C. «Les principales interventions sont le dépistage systématique des donneurs de sang infectés par le VHB et le VHC. On peut lutter aussi contre les hépatites par la vaccination universelle des nouveau-nés et des nourrissons, le dépistage des personnes à risque comme les femmes enceintes, le personnel de santé, l’entourage porteur chronique, entre autres», renseigne Pr Aminata Sall Diallo, coordonnateur du Programme nationale de lutte contre les hépatites (Pnlh).

Pr Sall d’informer que les porteurs chroniques sont exposés à un risque très élevé de décès par cirrhose ou du cancer du foie, maladies qui font environ un million de morts chaque année. De son avis, l’hépatite B aiguë est souvent asymptomatique. Elle provoque des symptômes évoquant une grippe qui se manifeste par une perte d’appétit, des troubles digestifs, des nausées et vomissements, la fatigue et la fièvre.

Une personne infectée sur trois présente les symptômes caractéristiques d’une inflammation aiguë du foie notamment avec des urines foncées, selles décolorées, etc. L’hépatite B aiguë qui ne guérit pas devient une infection chronique. La plupart de ses porteurs chroniques n’ont pas de symptômes apparents bien que leur foie présente des signes d’inflammation et qu’ils restent susceptibles de contaminer leur entourage. «Dans la plupart des pays en développement comme le Sénégal, les porteurs chroniques représentent 8 % à 15 % de la population. Dans ces régions, le cancer du foie causé par l’hépatite B figure parmi les trois premières causes de décès par cancer chez l’homme», indique encore Pr Sall.

Quant à l’hépatite C aiguë, elle survient après une période d’incubation moyenne de 6 à 10 semaines. Au Sénégal, on chiffre à environ 300 mille le nombre de personnes séropositives pour le VHC qui constituent le réservoir de sujets infectés. Le virus de l’hépatite C se transmet principalement par voie sanguine, par transplantation et transfusion sanguine. Les symptômes sont semblables à ceux observés au cours d’autres hépatites virales. Il est admis que seuls 15 à 30 % des hépatites C aiguës vont évoluer vers une guérison, alors que 65 à 85 % des patients atteints vont développer une infection chronique. Celle-ci peut conduire à une dégradation progressive du foie conduisant à une cirrhose.

Selon les données épidémiologiques, on peut estimer à environ 130 à 170 millions le nombre de porteurs chroniques du virus de l’hépatite C dans le monde avec une séroprévalence moyenne d’environ 2,2 %. L’Organisation mondiale de la santé (Oms) évalue à près de 350 mille le nombre de décès annuels consécutifs aux infections par le virus de l’hépatite C. On estime à 2 milliards le nombre de personnes ayant été infectées par le virus, dont plus de 370 millions sont des porteurs chroniques et peuvent transmettre le virus pendant des années.

 

 

 

 

 

Samba BARRY

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *