Categories Politique

Idrissa DIALLO : « S’il n’y avait pas ce Covid-19, nous n’allions jamais découvrir le secret des bourses de sécurité familiale »

Le retard accusé dans la distribution de l’aide alimentaire énerve le maire de la Commune de Dalifort. L’édile socialiste relève un manque de coordination dans l’acheminement des denrées.

«L’Etat a mis la charrue avant les bœufs. Il dit partout que les vivres sont disponibles. Or sur le terrain, la réalité est toute autre. Car ici à Dalifort, l’Etat n’a amené que le riz et une partie du savon et de l’huile. Le processus est donc bloqué par le ministre du Développement communautaire et le Commissariat à la sécurité alimentaire. Ce qui fait que les populations s’impatientent et sont dans le dénouement total. C’est une situation anormale que l’on dénonce», martèle Idrissa Diallo face à la presse hier. Car ajoute-t-il pour se justifier, «le riz ne doit pas être utilisé comme meuble ou trophée de guerre. On devrait à mon avis, commencer à distribuer petit à petit».

Sur la répartition de l’aide alimentaire, Idrissa Diallo s’est dit indigné du quota réservé aux bénéficiaires des bourses de sécurité familiale inscrits dans le Registre national unique (Rnu). «Ces bourses familiales sont un scandale. S’il n’y avait pas ce Covid-19, nous n’allions jamais découvrir le secret qui se cache derrière ces bourses de sécurité familiale où il y a un véritable bordel. On voit dans un quartier où le père de famille est bénéficiaire de même que ses deux épouses ainsi que ses enfants. Pire encore, vous voyez un salarié et sa femme être bénéficiaires de ces bourses de sécurité familiales. Alors qu’au même moment, vous voyez un ménage vulnérable qui n’a rien», déplore encore le maire de Dalifort. Et de poursuivre pour exiger la lumière  sur les critères d’attribution de ces bourses. «Je crois qu’une enquête judiciaire doit être ouverte pour que l’on situe les responsabilités dans cette affaire  pour que les ayants droit puissent récupérer ces bourses. C’est une injustice qu’il faut réparer car c’est l’argent du contribuable qui a été utilisé de manière illicite».

Pour ce qui est du récent du discours du chef de l’Etat, l’édile de Dalifort déplore les mesures prises. «Le Président a fait preuve de relâchement dans son message et prend des décisions précipitées. Pour le couvre- feu, je ne suis pas d’accord car il n’y a aucune utilité. Les mesures prises sont prématurées car elles ne sont pas basées sur des avancées scientifiques de la lutte contre la pandémie. Puisque sur le terrain, tout le monde a constaté que la maladie est en train de progresser», affirme Idrissa Diallo. Et d’ajouter : «Ce qui m’a le plus intrigué, c’est lorsqu’il dit que les Sénégalais doivent apprendre à vivre avec la maladie et que d’ici le mois d’Août ou de Septembre, le virus sera vaincu. Je me demande si maintenant le Président est Dieu ou un prédicateur pour annoncer la fin de la pandémie au mois d’Août. Je l’invite donc à revenir à la raison car un homme d’Etat ne prend pas des décisions à la hâte ou sous pression».

Idrissa Diallo a conclu ses propos pour annoncer que l’institution municipale de Dalifort va renforcer l’appui de l’Etat en kits alimentaires au profit de ses administrés.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Théodore SEMEDO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *