Categories Politique

L’armée sénégalaise franchit la frontière gambienne et suscite des réactions d’indignation

Nouvelle incursion des forces de l’ordre sénégalaises en Gambie. Mercredi, en début d’après-midi, des soldats sénégalais se sont retrouvés en territoire gambien, vers le village de Sare Omar, proche de la frontière avec la Casamance. La scène a été filmée par des habitants du village qui se sont regroupés autour des militaires pour leur dire qu’ils étaient en Gambie et qu’ils n’avaient rien faire là. Postée sur les réseaux sociaux, la vidéo a suscité l’indignation.

« Un manque de respect », « une atteinte à la souveraineté de la Gambie », « une provocation », voici quelques réactions recueillies sur les réseaux sociaux après la diffusion de plusieurs vidéos montrant les forces sénégalaises égarées en territoire gambien. Les soldats sont armés, casqués et se déplacent à bord d’au moins trois véhicules dont un blindé. Le porte-parole de l’armée sénégalaise parle d’un incident mineur. Une des unités de l’armée s’est en effet perdue en territoire gambien lors d’une patrouille précise-t-il. La frontière est une zone de trafic de bois et de drogue qui explique ces patrouilles militaires.

Mais les incursions sénégalaises en Gambie sont mal vécues et c’est le troisième incident du genre en six mois. En mars dernier, la gendarmerie sénégalaise avait ouvert le feu en Gambie pour appréhender un individu.

A rebours des réactions sur internet, l’armée gambienne ne fait pas grand cas du dernier incident en date. La volonté de coopérer est toujours aussi forte assure de son côté l’armée sénégalaise.

 

 

 

 

 

 

 

RFI

 

4 thoughts on “L’armée sénégalaise franchit la frontière gambienne et suscite des réactions d’indignation”

  1. Ils n’ont qu’à arrêter de piller nos forêts et à avoir aussi la capacité de sécuriser leur propre pays siks veulent que nos troupes militaires ne franchissent pas la frontière.

  2. Que ça soit une erreur , ou pas , les armées africaines doivent signer des accords de sécurité et se permettre le droit de poursuite reciproque en cas de nécessité, comme l ont fait le Tchad, le Niger, le Nigeria et les pays membres du G5 Sahel. Les autres armées neo-coloniales se baladent dans nos territoires en toute liberte , sans aucune limite , et pouquou pas entres nous , pauvre Afrique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *