L’autre moitié du PIT avertit : « la majorité ne rêve que de faire emprisonner Ousmane SONKO »

Encore un soutien pour le leader de PASTEF. Dans un communiqué rendu public ce lundi, Dooléel PIT-Sénégal ngir defaraat reewmi qui se prononce sur cette affaire qui continue de défrayer la chronique prend fait et cause pour le leader de PASTEF.

Ainsi, Abdou Karim NDIAYE et ses camarades, qui ont pris leur distance du Parti de l’indépendance et du Travail (PIT) et d’Ibrahima SENE et Cie, dénoncent « une affaire judiciaire, dont des indices laissent entrevoir une manipulation politique orchestrée par des personnes proches du pouvoir ». Selon eux, le régime qui devrait se concentrer sur les défis de l’heure avec la Covid-19 qui a mis à terre l’économie sénégalaise, s’attarde sur « des manipulations médiatiques et une célérité procédurale contrastant avec le temps habituellement long de la justice ». A les en croire, le seul but du gouvernement de Macky SALL est d’éliminer un opposant qui gène en utilisant des « protagonistes qui sont des proches de dirigeants de la Coalition BBY connus pour la haine qu’ils vouent au leader du PASTEF ». Comparativement à d’autres cas similaires impliquant  par exemple l’imam Alioune NDAO, Dooléel PIT-Sénégal ngir defaraat reewmi « rappelle le traitement discriminatoire, dont ont été victimes l’imam Boubacar SEYE et Samba TALL, arbitrairement arrêtés, comparativement aux cas de Penda BA et des députés Doumbourou SOW et Boughazelli, qui montre le visage hideux d’une justice à deux vitesses ».

 

« Après l’exil forcé de Karim WADE et la détention arbitraire de Khalifa SALL, la majorité ne rêve que de faire emprisonner le député Ousmane SONKO, un des derniers obstacles à leur projet totalitaire. Ils auraient, ensuite, comme la volonté d’organiser, à leur guise, la transmission du pouvoir, à travers des élections tronquées, afin d’assurer la pérennité de leur régime honni, au delà de 2035. Aujourd’hui, les Sénégalais ont tous compris les raisons de cette obstination à garder le pouvoir : Macky SALL et ses partisans ne veulent pas avoir à rendre compte de leur gestion de notre pays devant un gouvernement qui leur succédera et qui sera déterminé à défendre les intérêts des populations, l’État français, à la solde de ses multinationales, voit en Macky SALL le principal soutien à ses politiques de pillage des ressources de nos pays africains. Cette cabale traduit aussi une fragilité de nos institutions, car s’inscrivant en droite ligne de l’aggravation de la domestication du pouvoir législatif, de la démission de l’institution judiciaire et d’un hyper-présidentialisme exacerbé, sources de mal gouvernance et d’arrogance dans l’exercice du pouvoir», souligne le communiqué Dooléel PIT-Sénégal ngir defaraat reewmi.

 

Après le PS, la LD, l’AFP, c’est au tour du PIT de se fissurer

 

 

 

 

 

WALFNet

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*