Categories LutteSport

Mohamed NDAO Tyson : la lutte ne doit pas dépendre des promoteurs, il faut s’inspirer du Real ou du Barça

Mohamed NDAO, plus connu sous le nom de « Tyson »,  tire la sonnette d’alarme. Selon lui, la lutte est en train de s’essouffler. « Je  pense que la lutte est arrivée à un moment où l’heure est grave ; il faudra réfléchir à des solutions définitives.

Aujourd’hui, la lutte est comme un produit. Vous savez, tout produit a une durée de vie. Il arrive à un moment où il ya un essoufflement de la part des promoteurs, ça il faut le reconnaitre. Parce qu’on ne peut pas prendre l’avenir de toute une génération et le confier à deux ou trois personnes (promoteurs) », explique le fondateur de l’écurie « boul falé », repris par Vox Populi.

Poursuivant, l’ancien « roi des arènes » demande au monde de la lutte de ne plus dépendre des promoteurs.  « Aujourd’hui c’est des gens qui évoluent dans le secteur privé, dans le secteur libéral. Ils peuvent, du jour au lendemain, aller faire autre chose. Ils ne sont plus disponibles à pouvoir organiser des combats. Il faudra réfléchir à quelque chose qui permettra à la lutte de se faire, de façon générale, de manière continuelle », estime-t-il.

A la place des promoteurs qui, selon lui, peuvent quitter la lutte à tout moment, Mohamed NDAO Tyson  opte pour une nouvelle politique. « Et si on regarde ce qu’on appelle le peuple de la lutte qui finance ce sport, il faudra prendre les idées des clubs de haut niveau. En fait, si on prend l’exemple du Real ou le Barça, il ya des supporters, des sympathisants qui financent ces clubs-là. Il faudra réfléchir sur ça pour financer la lutte », soutient l’ancien champion.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

WALFNet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *