Categories Société

Mort de Bineta CAMARA : Pape Alioune FALL fixé sur son sort le 2 juillet prochain

Au deuxième jour de sa session, la chambre criminelle de Tamba avait à statuer, hier, sur 3 affaires dont la plus marquante reste le meurtre de Bineta Camara, fille du Directeur général de l’Agence de développement local, Malal Camara. Les faits remontent au 18 mai 2019 au quartier Saré Guilel de la commune de Tamba. Dans la nuit de ce 18 mai, aux environs de 23 heures 7 minutes, le commissariat urbain de la capitale de l’Est recevait l’appel de Malal Camara l’informant de la découverte d’un corps sans vie à son domicile. Aussitôt informés, les éléments du commissariat se sont déplacés sur les lieux et découvert, dans la chambre conjugale, le corps d’une fille identifié comme étant celui de Bineta Camara, la fille de Malal Camara.

Sur place, les policiers trouvent un corps à moitié nu gisant sur le dos entre le lit et le mur, un foulard noué autour du cou et le visage recouvert de sang coagulé. Les premiers soupçons se sont orientés vers le vigile, Malick Diop alias Ako qui assurait les fonctions de gardien de la maison des Camara. Interpelé par la police qui selon les premiers éléments qu’elle disposait faisaient de lui (Malick Diop alias Ako) le premier suspect du meurtre de Binta Camara.

La manière dont le meurtre a eu lieu met les enquêteurs sur la piste d’un viol suivi de meurtre. Une réquisition fut adressée à une société de téléphonie. Laquelle réquisition a permis de savoir que le téléphone de Bineta Camara avait été éteint à 20h 40 minutes, à 400 mètres du domicile de la défunte. Le même opérateur révèle que la dernière personne à avoir appelé Bineta Camara était Pape Alioune Fall. L’appel a duré 16 secondes. Interpellé et interrogé sommairement par la police, Fall nie catégoriquement le meurtre de Bineta Camara, avant de passer aux aveux.

A l’audience, Pape Alioune présent à la barre vêtu d’un basin gris sur des babouches blanches, assisté de Me Ciré Clédor Ly, sert à la chambre une nouvelle version des faits et soutient n’avoir pas tué Bineta Camara. Ligne de défense qu’a ritualisée son conseil, Me Ly, pour qualifier la mort de Bineta Camara d’homicide involontaire par simple maladresse. La défense, assurée par Mes Moussa Sarr et Saiba Danfakha, jure de la culpabilité de Pape Aliou Fall et demande l’application de la loi dans toute sa rigueur. Quant au procureur, il a requis la réclusion criminelle à perpétuité. Délibéré, le 2 juillet.

 

 

 

 

 

 

 

Mamadou Lamine TOURE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *