Moustapha DIAKHATE «pire que Pharaon et Macron», selon l’ASCAI

L’Association de soutien et de coordination des activités islamiques (Ascai) vient ajouter une couche supplémentaire au tollé général suscité par les propos tenus par Moustapha Diakhaté sur le prophète Mohamed (Psl) et ses parents.

L’ancien chef de cabinet du président de la République, invité de l’émission «le Rendez-vous» sur la chaîne de télévision Senegal7, a, en effet, tenu des propos jugés blasphématoires sur le prophète Mohammed (Psl) et ses parents. L’ancien président du groupe parlementaire de Benno Book Yaakaar est, à en croire les membres de  l’Ascai  «un musulman inculte, arrogant et un suppôt de Satan le maudit et lapidé». Ils estiment que «les propos païens du sieur Moustapha Diakhaté portent un rude coup à l’orgueil des musulmans». C’est pourquoi, ils pensent que «les musulmans doivent s’unir pour éradiquer, sur le territoire sénégalais, ce genre de discours prémédités en vue de souiller l’Islam». Dans la foulée, l’Ascai précise que «ce Moustapha Diakhaté est pire que Pharaon et Macron». Les plénipotentiaires de l’Ascai lui rappellent que «le prophète Mohamed (Psl) est issu d’un père et d’une mère croyant en Dieu, l’Unique. Son père n’a jamais vénéré d’idole encore moins sa mère. Ses parents ont eu un comportement responsable dans la société où ils ont évolué». Pour le président d’Ascai, Serigne Abdallah Sall et ses camarades, «trop c’est trop ! Il faut que cet homme sache qu’il n’est rien et que ses parents ne représentent rien devant la famille prophétique». «Aucun membre de la lignée du prophète Mohamed (Psl) jusqu’au prophète Adam, le père de l’humanité, n’a été idolâtré», laissent-ils entendre. En outre, martèlent-ils, «c’est de l’injure pour nous, croyants. Tous nos chefs religieux ont chanté les louanges des parents du prophète Mohamed (Psl). Nos cœurs sont contrits et nos gorges sèches. Nous nous en remettons à Celui qui entend et voit, le Tout Puissant Allah pour que de pareilles choses cessent, définitivement, dans notre pays».

 

 

 

 

 

 

Gabriel BARBIER

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*