Categories ActualitésPolitique

MOUVEMENT NIO LANK NIO BAGN… Abc travaille pour une rencontre avec Macky Sall

Le médiateur de la République, Alioune Badara Cissé joue les bons offices pour rapprocher le Mouvement Nio Lank avec Macky Sall.  Il souligne que les membres de ce mouvement de contestation ne sont pas réfractaires à l’idée de rencontrer le chef de l’Etat pour lui exposer leurs doléances.

Le médiateur de la République, Alioune Badara Cissé qui a rencontré récemment les membres du mouvement Nio Lank Nio Bagn, a souligné, hier, lors de l’émission Grand Jury de la Rfm, que l’ancien coordonnateur de mouvement Y en a marre et ses camarades, sont très disposés à rencontrer le président de la République, Macky Sall. «Ils ont d’ailleurs offert, après m’avoir dit ‘Nio Lank Duñu arrêter’ (Nous refusons d’arrêter, Ndlr’», de ne pas s’opposer à rencontrer le chef de l’État au cas où ce dernier leur demandait de venir à sa rencontre… Ceux qui étaient venus me voir n’ont exprimé aucune objection et c’est ce que j’ai couché sur la correspondance. Je l’ai mentionné noir sur blanc sur cette correspondance que j’ai adressée au président de la République. (…). Je le souhaite vivement, tous les deux genoux à terre pour que nous puissions avoir un espace de dialogue et que le chef de l’État soit sensible à leur demande», a souligné le médiateur de la République. Et d’ajouter : «Ce sont des citoyens sénégalais. Le Président Sall est à quelques mois près à leur âge, je ne vois pas ce qui pourrait empêcher qu’il rencontre ces citoyens… Un dialogue est toujours nécessaire. Il est vrai que nous ne connaissons pas certaines crises… Nous pouvons par des méthodes médianes arriver à trouver des solutions».

Seulement l’ancien ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur, affirme tout de même qu’il n’a pas réussi à convaincre ce mouvement à sursoir à ses mouvements d’humeur dans les rues. «J’ai été la première victime de Nio Lank. Ce que j’ai compris et accueilli par un sourire. Ils m’ont dit Monsieur le médiateur, nous vous avons bien entendu, mais nous ne sommes pas dans des moments de riposte ou de dégradation de biens ou de violences sur les personnes, nous sommes en une période de sensibilisation. Nous ne pouvons pas renoncer à la sensibilisation.  Nous ne pouvons pas non plus renoncer à nos démonstrations sur certains espaces de Dakar.  C’est inadmissible. J’ai dit mais non, si ces espaces, par un arrêté antérieur vous sont interdits, on peut leur trouver dans Dakar ou dans les régions du Sénégal, des espaces de communication, de sensibilisation sans pour autant être en porte-à-faux avec quelle que loi que ce soit», dit-il. Alioune Badara Cissé affirme néanmoins que lui et son équipe au niveau de la médiature étaient très fiers de recevoir les contestataires qui semblent être le porte-voix des sans voix.

«Je pense que venir en renfort à la réclamation de Nio Lank au nom d’un mouvement citoyen pourrait dans une certaine mesure  altérer l’ardeur des uns, mais  également attirer l’attention des autres. Nio Lank n’est plus seul et ils ont dans l’administration du Sénégal un interlocuteur  qui pourrait être leur porte-voix au niveau du président de la République. Je leur ai dit que nous pouvons par des méthodes médianes arriver aux mêmes solutions, sans pour autant qu’il y ait trouble à l’ordre public ou la dégradation de biens ou des violences sur des personnes. Ce qu’ils n’ont jamais fait d’ailleurs», a souligné, Abc. Qui affirme qu’il demeure toujours un «un espace ouvert à tous ceux qui ne trouvent pas d’interlocuteurs ailleurs», avant de souhaiter qu’aucune autorité ne se sente supérieure au point de fermer sa porte aux citoyens.

Concernant le débat sur  3e mandat, les querelles internes à l’Apr, il affirme : «Une seule adresse aurait suffi sans qu’il soit besoin de prendre d’autres sanctions. J’aurai dit en Comité directeur fermement mais tout aussi solennellement ‘Ceux qui sont à mesure de piller le Sénégal et de croire en notre programme qu’ils sachent que ces diversions multiples et variées qui passent par des peccadilles et des querelles de mauvais intérêt pour le Sénégal n’ont pas lieu à y être. Ou ils restent, ou ils s’en vont. Ce n’est pas de compagnons comme ça dont je veux. Le Sénégal n’en veut pas non plus’. Et c’est terminé». Aussi, Alioune Badara Cissé a regretté le limogeage de l’ancien Directeur des Sénégalais de l’extérieur Sory Kaba, qui s’est exprimé sur le sujet. «Jamais, je ne l’aurais fait, je n’aurais pas limogé ceux-là qui sont jeunes, pleins d’entrain. Sory Kaba est une intelligence (…) », dit-il.

Mamadou GACKO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *