Une nouvelle occasion manquée

Chronique de WATHIE

Entre l’épidémie, les inondations et l’émigration clandestine, l’année 2020 a été catastrophique à tout point de vue. L’économie qui s’est effondrée n’est rien comparée à la perte de ces nombreuses grandes figures qui sont parties et tous ces jeunes que les océans ont engloutis. Une année épouvantable dont la fin devrait être l’occasion pour le chef de l’Etat, qui s’adresse à la Nation, de requinquer les Sénégalais partagés entre incertitudes et inquiétudes. A l’arrivée, le 31 décembre, Macky SALL a réquisitionné l’essentiel des télévisions pour s’adonner  à ce qu’il sait le mieux faire : la politique politicienne.

 

 

La méthode est digne d’un Etat-voyou. En envoyant, la veille, des mises en demeure à de nombreuses chaînes de télévision, le Gouvernement a tenté d’intimider leurs responsables, pour parvenir à imposer à l’écran la seule figure de Macky SALL. Ainsi, l’occasion solennelle du 31 décembre, le leader de l’APR a réussi à en faire une tribune pour mieux écouler ses illusions. Une foire intitulée « Grand entretien» dont la forme lamentable a conforté les journalistes qui n’y ont pas pris part. Ce qui aurait pu être un véritable exercice de transparence, a été l’occasion pour Macky SALL de se montrer dans ses meilleurs atours qui rebutent la vérité.

«C’est quand même la première fois au Sénégal qu’un proche du président de la République, son frère en l’occurrence, est traduit devant la justice. La justice a demandé à tous ceux qui ont des preuves de mauvaise gestion de faire leurs dépositions. C’est un juge d’instruction qui a entendu tous les accusateurs. Si à la fin il ne voit pas des preuves d’actes de corruption ou de concussion, alors il ne peut envoyer personne en prison». C’est en ces termes que le président SALL a confirmé les rumeurs qui faisaient état d’un non-lieu accordé à Aliou SALL dans le cadre de l’affaire Petro Tim. Ainsi, le leader de l’APR cherche à pousser les Sénégalais à penser que son frère a été traduit devant la justice qui l’a blanchi. Ce qui en réalité n’est que du vent. En effet, Le 13 juin 2019, plusieurs mois après l’éclatement du scandale Petro Tim avec les renversantes révélations de la BBC, le procureur de la République a tenu une conférence de presse pas pour charger Aliou SALL comme il l’avait fait avec Khalifa SALL, mais pour lancer un appel à témoins. Serigne Bassirou GUEYE invitait alors «tous les sachant, tous ceux qui détiennent des informations, des documents, des renseignements à s’adresser à la Division des investigations criminelles (DIC) pour éclairer les Sénégalais sur cette question». Aliou SALL, comme Clédor SENE et de nombreux autres Sénégalais, avait le déplacement en tant que témoin et non en tant qu’inculpé. Un appel à témoins dont le seul but était de trouver une échappatoire aux gouvernants qui tenaient leur réplique pour ne plus parler du scandale : « L’affaire est pendante devant la Justice…». Et s’exprimant en ces termes, le leader de l’APR prouve, à ceux qui en doutaient encore, que la fratrie vient avant la Patrie.

Pourtant, cette « fake news » n’était pas la seule de la soirée. Comme assuré qu’aucun journaliste ne le relancerait, Macky SALL s’est employé à embellir son bilan en distillant de fausses informations. « L’arachide a beaucoup évolué. Nous sommes aujourd’hui à plus de 1million 800 mille tonnes. Ce qui est un record. A la campagne qui a précédé mon arrivée au pouvoir, on n’en était même pas à 50 mille tonnes », a-t-il déclaré. Alors qu’en réalité, en décembre 2011, la production arachidière était certes en nette baisse par rapport à l’année précédente durant laquelle plus d’un million deux cent mille tonnes d’arachide ont été produites mais avait largement dépassé la barre des 500 mille tonnes. Que dire de sa réponse concernant le troisième mandat qui ne mérite pas en fait une question? « Rien ne s’est produit depuis l’année dernière pour que je change de position sur la question du troisième mandat. Et je répète ce que j’avais dit l’année dernière sur le deuxième mandat. On ne peut pas m’imposer quelque chose que je ne veux pas dire. Et je ne permettrais pas à un membre de mon parti ou de ma coalition en parler ». Pourtant, ceux qui lui revendiquent le droit de se présenter en 2024 ne sont pas à chercher hors du palais, Mbaye NDIAYE notamment.

La soirée n’a pas mieux commencé avec la présentation de vœux de nouvel an.  « L’année 2020 a été particulièrement éprouvante, en raison des impacts sévères de la pandémie COVID-19 ». Cette phrase, introductive de son discours, suffit à prouver que Macky SALL est dans le déni le plus absolu. « Eprouvante » est un adjectif beaucoup trop léger pour qualifier l’année qui vient de finir. Ignorant complétement les inondations et l’émigration clandestine et focalisant son adresse à la Nation sur la pandémie, Macky SALL a voulu noyer le requin en faisant abstraction ce qui met en exergue son échec patent. Si le coronavirus n’épargne aucun continent, les inondations et l’émigration clandestine se sont exacerbées à cause de sa mauvaise gouvernance notamment. Mais cela, Macky SALL ne veut ni en parler ni laisser aux autres le soin d’en débattre. Comme Birima dont il a fait allusion, Macky SALL se prend pour le roi qu’il n’est pas et prend les Sénégalais pour les moutons qu’ils ne sont pas…

 

 

 

 

 

 

 

 

Mame Birame WATHIE

A propos Mame birame 18022 Articles
Rédacteur en chef de walfnet.com

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*