Categories ActualitésContributions

Quand le pays bascule (Contribution par CHEIKH FATMA MBAYE)

Contribution

Le  silence  devient  un  péché  lorsqu’il  prend  la  place  qui  revient  à  la  protestation  ;  et ,  d’un homme,  il  fait  alors  un lâche. Cette  pensée  d’Abraham  Lincoln  s’impose  en  nous   pour  faire une  analyse  froide  de  la  situation  qui  prévaut  actuellement  dans  notre  pays.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                    Nous  avons  toujours  voulu   être  au-dessus  de  la  mêlée  pour  éviter  un  débat  de  politique politicienne. Par  contre, nous  sommes  pour  un  débat  d’idées  qui  transcende  toutes appartenances  et  colorations  politiques,  un  débat  certes  houleux  mais  constructif  et  participatif  et  dont  le  seul   et  unique  objectif  est  de  faire  jaillir  la  vérité.  Nous  prônons  donc un  débat  ouvert  qui  permet  de  trouver  des  solutions  aux  différents  problèmes  qui  nécrosent  vraiment  notre  société  qui  est  toujours  la  principale  perdante  des  querelles   de  nos  hommes politiques.

D’abord  nous  magnifions  le  travail  remarquable  effectué  souvent   sans  complaisance  par  nos  corps  de contrôle  en  général  et  celui  de  l’IGE   en  particulier. Cet organe,  incarné  par  des  hommes  chevronnés  et   rompus  à  la  tâche,  a  pris dix-huit  mois  pour  passer  la  mairie  de Dakar  au peigne  fin  en  fouillant  sa  gestion  de  fond  en  comble. Une  vérification  qui  vaut  à  l’édile  de  la ville  de  Dakar  un  mandat  de  dépôt.  Ce  travail  de  ces  corps  de  contrôle  vaut  son  pesant  d’or  dans  la  mesure  où  il permet  de  savoir  la  manière  dont  nos  maigres  sous  sont   gérés. Il  doit  aussi  permettre   de  condamner  ceux  qui  se  sont  enrichis  sur  le  dos  des  Sénégalais  et  dissuader  ceux  qui tenteraient  de  bouffer  nos  deniers  publics. Tout  cela  ne  saurait  possible  sans  l’indépendance  de la justice.  La récente  sortie  du  procureur  de  la République  nous   pousse   vraiment  à  être  dubitatifs  sur  cette  indépendance  de  la  justice  qui  semble  ne  pas  avoir  les  coudées  franches  pour  mener  à  bien  les  tâches  qui  l’incombent.  Ce  procureur  qui  parle  comme  un  énergumène,  un forcené ,  avec  ses  menaces  à peine  voilées,  ses  niaiseries  et  ses  lapalissades,  condamnait  déjà   Khalifa  SALL. Toute  cette  overdose  médiatique  ne  fait  que  renforcer   la  violation   du  principe  de  la  présomption  d’innocence  et  celui  du  secret  de  l’enquête. Cette  conférence  de  presse  a  été vraiment  inopportune  d’autant plus  qu’elle  nous  laisse  plus  de  questions  que  de réponses. La  justice  ne  doit  pas  en  aucun  cas   être  le bras  armé  du  président  dans  un  Etat  de  droit. Elle  doit  agir  en toute  souveraineté   pour   au   moins   ne  pas  donner  raison  à  ceux  qui  pensent  que  les magistrats  sont  sous la  tutelle  du  Président. Pour   corroborer cette  pensée,  on vous rappelle  les  propos d’Abdoulaye WADE  qui disait   que  c’est lui  qui  avait  ordonné   au juge  d’arrêter la  poursuite  contre  Idrissa SECK. Cela  dépasse  vraiment  les  limites  de  l’entendement. Nous  pouvons  dire  sans  risque  de   nous  tromper  que   la  plupart  de  ces  magistrats   sont  encore  là  et  ils  sont  toujours  en service. Nous   interpellons  donc  notre  justice  à  faire  preuve  de  courage  et  de  responsabilité  car  tous  les  juges  seront  jugés  par  le  Tout  Puissant. Nous  les  donnons  comme  viatique  les propos de CHEIKH AHMADOU BAMBA  qui dit que : « Si  par  sa  grâce  DIEU   t’amène  à  penser  ou  à  agir  sur  le  sort  des  autres  soit  bienveillant  car  le  destin  des  hommes  y  compris  le  tien   est  entre  les  mains  de  DIEU  et  Lui   Seul  saura  ce  que  demain  sera ».

Un changement  de  paradigmes  s’impose. Il  faut  qu’il  ait  un  nouveau  modus  operandi  pour endiguer  ce  phénomène  de  blanchiment  de  capitaux  et de détournement de derniers  publics, pourvu  que  l’IGE  transmette  directement  son  rapport au  procureur  de  la  République  et  ce   dernier  s’autosaisira  et  mettra  en  branle  la  machine  judiciaire  pour  traquer  ces  délinquants  financiers  aux réputations  peu  enviables.   Au cas échéant, le  président  de  la  République  ne  pourra  plus  utiliser  ce rapport  comme  arme  politique  pour  liquider  de  potentiels  opposants,  comme   le  pensent  certains  Sénégalais ,   ou  pour  protéger des alliés  et proches  en  mettant  sous  son coude  les  dossiers  qui  les  épinglent.

 

Cette  diatribe   contre  la   justice   ne  signifie   guère  que  nous   voulons   dédouaner  le  maire  de  Dakar  Khalifa  Ababacar  SALL. Loin  de  là  notre  intention,  s’il  est   blanc  comme   neige  il  n’a  qu’à  le   justifier  et  se  laver  à  grande  eau.  C’est  une   affaire  pendante  devant  la  Justice  et nous  nous  réservons  de la commenter.

Seulement,   nous  sommes  contre  cette  caisse   d’avance,  caisse  noire,  fonds politiques,  fonds  spéciaux  qui  sont  différents  que   par  leurs  noms  et  qui  servent  en  grande  partie  à  remplir  les  poches  de  leurs  bénéficiaires  au détriment  du  peuple  qui  n’a  plus  d’espoir  et  qui   croit  que  ses  souffrances  durent  de  façon  immuable  et  sempiternelle. Tous  ces  privilèges  doivent   être  prohibés  parce  qu’il  y  a  un immense  hiatus  entre  ce  qui   est  écrit  au  niveau  des  textes  et  ce  qui  réellement  fait. Notre pays  a  vraiment  besoin  d’un  nouveau  type  de  politiciens  qui   ne  se  servent  pas  mais  qui  servent  la population.

Monsieur  le  Président   nous  ne  pouvons  pas  manquer  cette  occasion  pour  vous  rappeler  que  vous  tenez  le  gouvernail  donc   vous  avez  la  lourde  responsabilité  et  la  délicate mission  de  tanguer  vers  le  bon  port. Sinon  le  bateau  peut  chavirer  voire  même  couler  et  les  générations  futures  n’hériteront  que  des  épaves  et  elles  vous  tiendront  responsable  de leur désarroi. Votre  accession  à  la  tête  de  l’état  avait   vraiment  suscité  l’espoir  chez  les jeunes  donc  nous  vous  prions  seulement  d’agir  comme  un  homme  d’Etat  qui  pense  à  la  proche génération  et  non  comme  un  homme  politique  qui  pense  à  la  prochaine  élection. Sur  ce,  il  faut  prendre  vos  responsabilités  et  ne  peut  écouter  ces  hommes  mesquins, chauvins  et faquins  qui  sont  tapis  dans  l’ombre  mais en  réalité  qui ne  sont  mus  que  par  leurs  propres  intérêts.

Vous  pouvez  changer  le  cours  des  choses   par  une  dé-classification  de  tous  les  rapports  des corps  de  contrôle. C’est  une  idée  salvatrice   et  ainsi  on  pourra  poursuivre   tous  ceux   qui  sont  épinglés  par  ces  rapports y compris vos proches.  Il  y  aura  pas  de  justice  sélective  et cela  servira  forcement de réponses  à  vos  détracteurs  qui  soutiennent  mordicus   que  le  dossier  de  Khalifa SALL  a  des relents politiques  et que  vous  voulez   seulement   livrer  un  sérieux  opposant  à la vindicte  populaire. Si  cela  est  avéré  vous  risquez  d’effaroucher  votre  clientèle  électorale  car une  opposition  est  le  socle  d’une  démocratie  majeure,  c’est même son piédestal.

Monsieur  le  Président,  la  bataille  pour  les  prochaines  joutes  électorales(législative et présidentielle)  aura  bel  et  bien  lieu. Soit vous l’acceptez  et  vous  affûtez  votre  arme  qui  est probablement  votre  bilan, soit   vous  cherchez  obstinément  à  rester  au  pouvoir  en  étouffant vos adversaires. Dans ce dernier cas  de  figures  le  peuple  souverain  descendra  dans  les  rues. Il y aura soulèvement  et vous  pourrez  donc  dire : bonjour et bienvenue  les  dégâts.

A bon entendeur    salammmmmm !

 

CHEIKH   FATMA  MBAYE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *