Categories Actualités

POPULATION NON IMPLIQUEE, EVALUATION INSUFFISANTE DES RISQUES… Les points faibles de l’Acte 3

L’amicale des secrétaires d’administration du Sénégal (Asas) évoque l’Acte 3 de la décentralisation. C’était samedi à Dakar lors d’un atelier de partage. Pour Amadou Moustapha Aïdara, consultant en décentralisation, animateur de l’atelier d’évaluation et de partage sur l’acte 3 de la décentralisation, «les secrétaires d’administration sont comme les chevilles ouvrières d’une entreprise. Ils vivent les problèmes de la décentralisation. Ils doivent donc avoir l’occasion de donner leur point de vue pour améliorer le système». Selon M. Aïdara, il n’y a pas encore d’échanges avec les populations à la base. Raison pour laquelle, il soutient l’idée de réflexion approfondie avec les multiples acteurs qui n’ont pas les mêmes préoccupations.

Les secrétaires d’administration entendent également apporter leurs contributions sur les questions relatives au foncier et à l’aménagement territorial. Il s’agit notamment de la problématique de l’extension des communes sur les communautés rurales. Selon un des participants, les communes étouffent et ont besoin d’espace pour se développer. Il alerte néanmoins que l’extension des territoires, à côté de la provincialisation qui n’a rien à avoir avec les anciens royaumes, risque de créer des problèmes. C’est en cela qu’ils veulent faire une proposition préventive pour éviter le pire. L’adjoint du sous-préfet des Parcelles assainies, Ousmane Ngom reste pour sa part convaincu que la résolution du problème de l’aménagement du territoire est à la base de la réussite de la réforme. M. Ngom pense qu’elle est suffisamment à prendre en compte dans le cadre de la réforme. L’Acte 3 regroupe la gouvernance institutionnelle, budgétaire et foncière, selon le secrétaire administratif au ministère du Plan, Sadibou Sonko. Il trouve important de réfléchir sur les réformes institutionnelles qui impactent sur la gestion foncière dans les localités ou les propriétaires terriens doivent faire face à aux réformes. Les techniciens veulent aussi apaiser le système fiscal chamboulé par ladite réforme. Il est aussi question pour eux de proposer un système qui permettrait de régler les problèmes de payement des salaires ainsi que du redéploiement du personnel. C’est par la loi 2013-10 du 28 décembre 2013 portant code des collectivités locales que l’Acte 3 a été lancé. Il donne plus de responsabilités aux collectivités locales, ambitionne le développement des collectivités à l’horizon 2020.

                                                                                                                                                                Emile DASYLVA (Stagiaire)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *