Retour de Parquet : la navette continue pour Birame Soulèye DIOP, son épouse et Cie

L’administrateur du parti Pastef / les Patriotes, Birame Soulèye Diop, son épouse, Patricia Ngandoul, son camarade de parti, Abass Fall, coordonnateur de Pastef à Dakar, ainsi que les autres personnes arrêtées dans l’affaire des «menaces de mort envers des autorités» ont fait, à nouveau, l’objet d’un retour de parquet. Leur face-à-face avec le procureur n’a pas eu lieu comme prévu.

Déférés, hier, devant le procureur, l’administrateur de Pastef/Les patriotes, Birame Soulèye Diop, son épouse, Patricia Mariama Ngandoul, Abass Fall, Fatima Mbengue, Bawar Dia et Dahirou Thiam n’ont pas été entendus. Ils ont, à nouveau, fait l’objet d’un retour de parquet. Ce qui veut dire qu’ils y retourneront, ce matin, pour être édifiés. Ils sont poursuivis pour «menaces de mort, diffusion de fausses nouvelles et diffusion d’écrits contraires aux bonnes mœurs».

Birame Souleye Diop a été placé en garde à vue le vendredi dernier tandis que son épouse, Patricia Mariame Ngandoul a été interpelée depuis lundi, 15 février 2021. Alors qu’elle se rendait à son lieu de travail. Au lendemain, suivra celle d’Abass Fall, coordonnateur de Pastef de Dakar, Fatoumata Traoré, Dahirou Thiam, Ingénieur en télécommunication et Bawar Dia, agent la Sonatel-Médina. Ils sont accusés de menaces de mort et appel à l’insurrection. Ils sont soupçonnés d’être liés à une puce téléphonique à partir de laquelle des autorités dont le ministre d’Etat, directeur de cabinet du président, Mahmoud Saleh, ont reçu des menaces de mort. D’après certaines sources, ces derniers risquent l’ouverture d’une information judiciaire. Lesquelles sources laissent entendre qu’ils pourraient faire l’objet de présentation devant un juge d’instruction.

  34 individus entre les mains de dame justice

Birame Souleye Diop et Cie sont à un pas de rejoindre l’autre groupe composé de 27 militants placés sous mandats de dépôt à Dakar et Ziguinchor. Ils ont été interpelés au lendemain d’une manifestation devant le domicile d’Ousmane Sonko. Poursuivis pour «association de malfaiteurs, incendie criminel, violences et voies de fait, etc. », les 19 sont repartis dans des prisons à Dakar. Quant aux huit, ils sont placés à sous mandat de dépôt à Zinguinchor. Ces arrestations font suite à l’affaire de l’opposant politique Ousmane Sonko, accusé de viol avec menace, qui a secoué Dakar en ce mois de février. Les sympathisants et les militants de Pastef, s’étaient rassemblés devant le domicile du leader politique dans le quartier Cité Keur Gorgui, et ont affronté les forces de l’ordre qui essayaient de les disperser. D’autres villes avaient connu des manifestations liées à cette affaire.

 

 

 

 

 

 

Salif KA

 

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*