Categories ChroniquesSidy Lamine NIASS

REVOLUTION : Entre Destin et Destination

DU JARDIN DE LA SUBLIMATION A LA REDEMPTION

 Adan avait donc franchi les limites et profana l’arbre à palabre qui lui a été interdit. Il reconnut ses erreurs et demanda pardon au Maître absolu. Ce dernier le lui accorda car assuré qu’il était de bonne foi. Et en obtenant la clémence divine, il  comprit pourquoi précisément on le lui avait interdit. Il  sut le rapport étroit qui existait entre son Destin et sa Destination.  Il comprit que sa mission d’origine était de descendre au charbon. L’assimilation de cette mission passait par une confrontation dans le temps et dans l’espace avec le démon qui avait protesté dès le début. Il sut que, désormais, sa vie allait être rythmée d’épreuves, de difficultés, d’incertitudes. Rien ne lui était plus assuré à l’avance. Contrairement à sa vie antérieure dans le Jardin où tout était acquis, ici, tout se cherchait sans aucune assurance. Quel que soit l’effort fourni, le gain était hypothétique. C’était une nouvelle vie faite de jeux aux enjeux colossaux. Une nouvelle vie agrémentée de tours de passe-passe. Une existence devenant plus dure au fur et à mesure qu’elle dure. Mais une vie également exaltante qui est la prolongation de celle du Jardin avec quelques différences. Celle dans le Jardin était sans contradiction où l’animosité et l’inimitié demeuraient des inconnus (réf L’Engagement). Ici, c’est la contradiction qui est le moteur de l’histoire. Elle est quotidienne. Alors que la vie dans le Jardin était faite de sublimation, d’adoration du Tout-clément, celle d’ici-bas se singularisait par la quête du pardon et l’espoir devant garantir des lendemains meilleurs.
arafattLe Maître absolu, qui connait bien ses créatures, savait que dans cette vie de pardon, l’être reconnait ses faiblesses, ses défauts et essaie de s’améliorer en tentant de mériter une condition plus confortable. Il fallait travailler comme un nègre pour espérer vivre tel un blanc. Adan qui veut dire le nègre l’avait bien compris. Le Maître absolu savait que cette situation était plus favorable à l’être humain dont la nature allie forces et faiblesses. Dans un tel contexte, l’humain préfère s’attarder sur ses faiblesses en vue d’éviter de dormir sur ses lauriers. Or le démon, imbu de sa personne faite d’arrogance, d’orgueil, pense beaucoup plus à sa force et nie ses faiblesses. Le face-à-face épique entre ces deux natures distinctes va enfanter de grandes destructions. Mais, le dernier mot reviendra à l’humain. Car, en fin de compte, la paix voulue par l’humain va l’emporter sur la violence préconisée par le démon. Tout comme le pardon va prendre le dessus sur l’orgueil. Et l’arrogance et la suffisance vont s’incliner face à la reconnaissance de ses erreurs et la quête du pardon. Adan avait donc compris que c’était une mission qu’il se devait d’accomplir. L’accomplissement de celle-ci fait naitre un message qui nécessite des messagers qui feront le tour du monde pour alerter. La mission tournait essentiellement autour de deux mots clef : unité et unicité. Etant entendu que l’unité enveloppe l’égalité et la fraternité, et l’unicité englobe l’adoration, la sublimation du seul Maître absolu ainsi que la quête perpétuelle du pardon qu’il ne faut jamais confondre avec l’arrogance et la dictature qui cherchent à se transformer en adoration d’une créature et non du Créateur.

Cette vie de mea culpa était d’autant plus importante qu’Adan avait fini par comprendre que le Maître préférait les faibles reconnaissant leurs manquements et qui sont en quête perpétuelle de  reconnaissance. Fort de cette compréhension, Adan se montra super motivé et mobilisa toutes ses forces pour engager cette aventure. Il avait également compris que la différence entre sa faute aussi grave que lourde et celle du démon qui n’était pas moins grave, c’est l’acceptation de l’erreur et le retour vers le Maitre afin d’implorer son pardon. Il comprit ce que voulait dire humilité. Or le démon persistait dans l’arrogance et imbu de sa personne, il justifiait cette faute par un discours de supériorité se fondant sur des éléments aussi accidentels qu’éphémères. Une posture également adoptée par sa descendance qui se dit détenant une force de frappe et par conséquent ne saurait être l’égal d’une race inférieure faite à partir d’argile. Adan avait donc compris et était décidé à mettre en avant ses faiblesses et ses erreurs au détriment de ses forces d’intelligence. Il sut que sa faute était due à son ambition démesurée au lieu se contenter de ce qu’il a et de s’en suffire. Adan sortit de cette quête du pardon soulagé car ayant trouvé l’infini chemin menant au pardon du Maitre absolu. A l’instar de son époux, Eve avait également obtenu la même faveur. Après avoir eu le pardon, ils vont se retrouver après plusieurs moments d’errance dans un endroit appelé : Arafat, la reconnaissance. Un pardon qu’il obtiendra à Arafat un endroit aussi symbolique qu’attractif où les humains retrouvent en masse. Un lieu de mea culpa où avec les yeux larmoyants, les cris de détresse, les humains s’épanchent  dans des confessions directes ne souffrant d’aucun intermédiaire. A Arafat, comme dans le Jardin céleste d’antan, tous sont égaux. Aucun signe ne différencie les humains, qui dans des habits modestes ne révélant ni classe sociale, ni origine, ni de couleur, sont tous en quête de miséricorde. Un endroit où tout ce qui peut refléter  la différence ne s’affiche pas. Ici, on ne retrouve pas des gens divisés par leurs chapelles ou par l’interprétation d’écrits. Tous sont motivés par une seule et unique ambition, trouver le pardon pour un nouveau départ. Tous tendent vers l’égalité, la fraternité, le partage. Tous cautionnent l’unité des êtres et clament l’unicité du Maitre absolu. Le respect est absolu pour toutes les créatures. L’être n’a le droit de couper ni l’arbre ni immoler aucune bête ni écraser le plus petit insecte. Tout est sacré et le respect est général.

montarafatt

 Ainsi, cette vie de pénitence qu’Adan a obtenue devait lui permettre de prouver à nouveau, après sa démonstration dans le Jardin au moment du test, qu’il était l’élu du Maitre absolu en remportant un autre test avec une autre espèce, le diable. Cette fois-ci, Adan est soutenu par les anges et tous les autres humains. Le démon n’est pas non plus seul dans l’offense. Dans sa rébellion, il est secondé par tous les autres démons qui, avec l’influence, le saupoudrage, tentent de faire croire à l’illusion en prêchant le faux pour le faux, pour en définitive anéantir le vrai. Adan et ses alliés anges comme humains vont se lancer vers un monde où tout endroit est Arafat et tous les jours sont Arafat.

 

Lire la suite vendredi prochain Inch’Allah…

Par Sidy Lamine NIASS

Chronique précédente, cliquez ICI

16 thoughts on “REVOLUTION : Entre Destin et Destination”

  1. I’m not sure where you’re getting your info, but good topic.
    I needs to spend some time learning much more or understanding more.

    Thanks for great information I was looking for this information for
    my mission.

  2. Definitely imagine that which you said. Your favourite
    reason seemed to be on the internet the simplest thing to understand of.
    I say to you, I definitely get annoyed at the same time as people consider
    worries that they just don’t understand about. You managed
    to hit the nail upon the highest as well as defined out
    the entire thing with no need side effect , folks can take a signal.
    Will probably be again to get more. Thank you

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *