ActualitésPolitiqueSociété

SYNPICS : si ce n’est pas le silence, c’est le hors sujet

 Les propos irresponsables de Gaston MBENGUE, qui ont le don de montrer l’état de délabrement intellectuel de certains tenants du pouvoir, sont unanimement condamnés par les Sénégalais révulsés par une telle violence verbale.  Des acteurs politiques à ceux de la société civile, tous ont dénoncé l’apologie de la violence à laquelle s’est adonné Gaston qualifié de promoteur de la violence.

Le Syndicat des professionnels de l’information et de la communication du Sénégal (SYNPICS) s’est également offusqué de cette sortie. Seulement, Bamba KASSE et ses copains ont particulièrement visé la chaine de télé. En dehors du premier paragraphe, tout le reste de ce qu’ils appellent communiqué est à charge contre WalfTv. A les suivre, on croirait que c’est la chaîne de télévision du groupe Walfadjri qui a mis ces propos dans la bouche de Gaston la gaffe.

« L’émission en question n’a pas été produite en directe, et bien que la consœur, animatrice de l’émission, ait tenté de faire revenir l’invité à plus de sérénité, il n’en demeure pas moins que la décision de passer ces propos sans filtre et dans leur entièreté, est une violation flagrante de la Loi. Aucune recherche d’audience ne saurait justifier que l’on mette en danger la stabilité de notre République », écrivent-ils.

Ainsi, pour ces responsables du SYNPICS, qui minimisent les nombreux rappels à l’ordre de la journaliste, ce serait une « recherche d’audience » qui aurait poussé WalfTv à ne pas filtrer l’émission qu’ils incriminent. Une accusation violente et toute aussi fallacieuse.  Et le syndicat d’ajouter : « Le SYNPICS rappelle que sa mission de défense de la liberté de presse ne saurait s’accommoder des écarts qui contreviennent au cadre légal d’exercice de cette liberté au Sénégal ».

De quelle « défense de la liberté de la presse » s’agit-il ? Si ce n’est de la fumisterie caractérisée. Souvent emmuré dans le silence pendant que le pouvoir s’en prend à un journaliste ou à un de groupe de presse privé, le SYNPICS, qui joue aux vierges effarouchées, ferait mieux de défendre les intérêts de ses adhérents au lieu d’appeler à la fermeture d’un média.

 

 

 

 

 

 

 

Mame Birame WATHIE

What's your reaction?

Related Posts

1 of 1 791

Leave A Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *