Categories ActualitésTransport

TRAFIC INTERREGIONAL : Dakar Dem Dikk indésirable à Podor, Matam et Dagana

A Podor, Dagana et Matam, les chauffeurs disent niet à la circulation des bus de Dakar Dem Dikk. Selon eux, au lieu de régulariser le secteur du transport, cette mesure ne fait que contribuer à tuer un secteur déjà mal en point.

(Correspondance) – Dans les départements de Podor, Dagana et de Matam, les chauffeurs de transport routier ruent dans les brancards. Ils sont remontés contre le directeur général de Dakar Dem Dikk et exigent l’arrêt immédiat et sans condition des véhicules dénommés Ya Ngarta. Président de regroupement des transporteurs routiers du département de Podor, Médoune Ndiaye estime que, depuis que Moussa Diop a mis en circulation ses bus, lui et ses collègues peuvent rester trois jours sans que leurs véhicules immobilisés au niveau des différentes gares routières ne puissent trouver un seul client.

Ces transporteurs s’insurgent surtout du fait que ces bus soient mis en circulation dans les départements de Podor, Dagana et de Matam sans qu’ils soient mis au courant. «Nous n’avons jamais été informés que ces bus vont circuler. Un bon jour, nous les avons vus sur les différents axes routiers du département. Plus grave encore, en lieu et place d’une seule gare routière qui était dans la commune de Podor, ces bus ont leur propre gare routière. Ce qui signifie qu’ils sont tout simplement en train de nous concurrencer», s’indignent les transporteurs.

Kossi Bâ, président du regroupement des chauffeurs de la commune de Ndioum soutient que, depuis que Dem Dikk a créé des gares routières parallèles pour ses bus, leurs voitures ne circulent plus. «La présence de ces bus ne fait que contribuer à tuer un secteur déjà mal en point. Une situation qui a presque fini de mettre déjà en chômage beaucoup de pères de familles», constate Kossi Bâ, visiblement en colère.

Ces transporteurs ne comprennent toujours pas le mutisme des autorités gouvernementales à qui pourtant ils ont adressé autant de lettres qui sont à ce jour restées sans suite, selon Médoune Ndiaye.

Lundi, ils ont battu le rappel des troupes pour énumérer leurs revendications dans une plateforme et ont décidé d’aller en grève de trois jours, les 9, 10 et 11 mars prochains. Cette grève couvrira l’ensemble des départements de Podor, Dagana et Matam tous concernés et consternés par la circulation des bus de Dem Dikk. Cette grève sera accompagnée de marches et de sit-in devant les services de l’Etat.

Abou KANE

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *