Véhicules blindés à l’appui, les étudiants surveillés comme du lait sur le feu

À l’université Cheikh Anta Diop de Dakar, la sécurité a été renforcée depuis le passage du leader du parti Pastef /les patriotes au temple du savoir. Hier, matin, la sécurité du Coud, par crainte de violences, a arrêté des étudiants de la Faculté de droit, soupçonnés de préparer une grève.

Le campus social est placé sous haute surveillance, malgré le calme qui y règne. Hier, vendredi dans la matinée, les services de sécurité du Centre des œuvres universitaires de Dakar (Coud) ont arrêté deux étudiants de la Faculté des sciences juridiques et politiques avant de les relâcher.

Les autorités  sont  sous  la hantise  des  violences,  puisque l’université  est  connue  pour les  rivalités  entre  les  tendances politiques.  Ces étudiants étaient soupçonnés de vouloir organiser une grève. Ainsi la sécurité a commencé à sillonner le campus à la recherche de quelconque regroupement.  A la  porte  d’entrée  de l’université, le contrôle est intense ;les véhicules sont systématiquement fouillés avant d’entrer au sein du  campus.  Les sacs des étudiants sont aussi vérifiés avant de les laisser passer. La police nationale qui se positionne chaque jour devant la grande porte, est arrivée très tôt avec les véhicules blindés pour parer à toute éventualité. Mais les présidents des amicales  sont  montés  au  créneau pour  dénoncer  ces  arrestations. «On ne peut pas arrêter des étudiants au motif qu’on pense qu’ils veulent faire la grève. En plus, ce n’est pas à eux d’arrêter les étudiants, c’est la police qui doit le faire», affirme  Abdoulaye  Cissé président  de  l’amicale  des  étudiants de la faculté des sciences juridiques et politiques. La venue d’Ousmane Sonko au campus social, la semaine dernière, avait provoqué des bagarres entre  ses partisans et les étudiants proches du pouvoir. D’ailleurs, une fouille dans les chambres d’étudiants qui avait suivie ces bagarres,  avait conduit à la saisie de nombreuses armes blanches.

 

 

 

 

 

 

 

Kémo CISSE (Stagiaire)

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*