Programme en cours

Mer Avr 16, 2014 @16:00 - 05:00PM
Diakarlok Askan wi
Mer Avr 16, 2014 @17:00 - 05:10PM
Flash wolof 17h
Mer Avr 16, 2014 @17:10 - 06:00PM
Bébé Walf
Mer Avr 16, 2014 @18:00 - 06:10PM
Flash francais 18h
Mer Avr 16, 2014 @18:10 - 07:00PM
Nepad Musical
Mer Avr 16, 2014 @19:00 - 07:30PM
Xibaar 19h
Mer Avr 16, 2014 @19:30 - 08:00PM
Débat du jour wolof
Mer Avr 16, 2014 @20:00 - 08:30PM
Journal 20h
Mer Avr 16, 2014 @20:30 - 09:00PM
Débat du jour francais
Mer Avr 16, 2014 @22:30 - 11:00PM
Nepad Musical (redif)

LE TCHAD SE CONSTITUE PARTIE CIVILE : Habré vers une autre inculpation pour crimes économiques

on .

En plus des crimes de sang, Habré va devoir s’expliquer sur les crimes économiques et financiers brandis contre lui par le régime de Déby Après les crimes de sang (crimes contre l’humanité, crimes de guerre, tortures), place aux crimes économiques et financiers brandis contre Hissène Habré. Le greffe des Chambres africaines extraordinaires vient d’enregistrer la lettre de constitution de partie civile de l’Etat tchadien.

Les avocats de Hissène Habré vont désormais faire face à un autre adversaire, après les victimes présumées du régime de l’ex-homme fort de Ndjaména. L’Etat tchadien vient de faire son entrée dans le dossier. Déjà inculpé pour des crimes de sang, Habré s’achemine vers une nouvelle inculpation pour des infractions économiques et financières. Ce sera dans un futur immédiat. En effet, l’Etat tchadien se constitue partie civile. La constitution de partie civile de l’Etat tchadien est matérialisée par le dépôt d’une lettre au greffe des Chambres africaines extraordinaires. L’acte a été posé hier mardi. C’est une délégation conduite par le ministre tchadien de la Justice qui s’est rendue le tribunal spécial chargé d’organiser le procès de l’ancien homme fort de N’Djamena, tenant son siège à la nouvelle Cité Keur Gorgui. A travers cette démarche, l’Etat tchadien s’estime avoir subi un préjudice durant le mandant de Habré, de 1982 à 1990. Chef de la Chancellerie de Ndjaména, Me Béchir Na a expliqué aux journalistes le sens de son déplacement sur Dakar. «Ici au Sénégal, vous êtes mieux placés que quiconque pour savoir que Habré a fui mais il n’a pas oublié d’emporter et de vider les caisses de l’Etat. C’est pour toutes ces raisons que l’Etat tchadien s’est constitué partie civile. Hissène Habré est devenu un sujet de droit comme n’importe qui», renseigne le ministre de la Justice du gouvernement du président Déby. Il a tenu ces propos au sortir du siège des Chambres africaines extraordinaires. Coordonnateur du collectif des avocats de l’Etat tchadien, Me Philipou Siné en dit davantage : «Première victime et premier contributeur au financement du procès de Habré, l’Etat tchadien ne peut pas assister au déroulement d’un tel procès. C’est pour cela que l’Etat a décidé de venir en renfort des autres parties civiles qui sont déjà dans la procédure, mais uniquement sur le volet économique et financier.» Face à cette nouvelle donne, nos tentatives de recueillir les réactions des avocats de Habré, notamment Mes El Hadji Diouf et Ciré Clédor Ly, ont été vaines. Le 2 juillet 2013, Hissène Habré a été inculpé par la juridiction sénégalaise à caractère africain pour trois chefs d’accusation : crimes de guerre, crimes contre l’humanité, tortures.

 
 
Twitter response: "Rate limit exceeded"