Affaire populations de Dougar et Peacock : L’audience renvoyée au 21 juin prochain

 Le juge des référés a renvoyé, hier, au 21 juin prochain l’affaire Peacock Investments et populations de Dougar. Un contentieux foncier divise les deux parties.

 

Les populations et Peacock Investments vont prendre leur mal en patience. Le juge des référés a renvoyé, hier, au 21 juin prochain l’audience qui devrait permettre aux deux parties de connaître la suite à donner de leur contentieux. Selon une source proche du dossier, les avocats de Peacock Investments ont demandé au juge le renvoi de l’audience. Ce dernier a accepté leur demande. Après plusieurs manifestations dans la rue, les populations de Dougar ont vu leurs revendications prendre une tournure judiciaire. Les populations de Dougar et Peacock se retrouvent ainsi au tribunal devant le juge des référés afin de statuer sur les travaux entrepris par la société malaisienne devenue marocaine.

La principale revendication des habitants de Dougar est la restitution des terres et l’arrêt des travaux de la société Peacock Investments. Joint au téléphone, madame Diop Ndour Ndiaye, porte-parole des habitants de Dougar, invite la société marocaine à prouver l’existence du décret qu’elle évoque. «La société Peacock a dit qu’elle possède un décret présidentiel lui octroyant 72 hectares avec publication au Journal officiel qui lui permet d’exploiter les terres de Dougar. Elle n’a qu’à le sortir», lance Mme Ndour. Avant d’ajouter: «Nous, nous ne réclamons que l’arrêt des travaux sur nos terres. C’est ce que nous et nos avocats demandons au tribunal parce que Peacok n’a pas le droit d’être à Dougar jusqu’à y construire des logements sociaux. On veut que Peacock arrête les travaux et nous avons toutes les pièces justificatives pour qu’ils puissent se retirer du site». Depuis plusieurs mois, les populations de Dougar manifestent contre l’occupation de leurs terres par Peacock. Dimanche dernier, elles ont tenu une marche lors de laquelle, elles ont reçu le soutien de certaines organisations de la société civile, comme «Y’en a marre» et de « Frapp France Dégage». La marche qui était pacifique s’est déroulée sous l’œil des gendarmes. Vêtus majoritairement de t-shirts et brassards rouges, les populations de Dougar ont réitéré leur détermination à bouter l’entreprise immobilière de leurs terres au prix de leur vie. Une médiation avait eu lieu, tentée par le gouverneur, mais l’initiative n’a pas eu de résultat positif. Depuis lors, les populations de Dougar ont porté l’affaire devant la justice. Le 21 juin prochain, les populations de Dougar et Peacock vont une nouvelle fois faire face au juge des référés.

 

 

 

 

Baba MBALLO

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*