Categories Culture

Baaba MAAL chante ses «Blues du fleuve»

 Un accélérateur économique pour le département. C’est, en résumé, ce que constitue le Festival des «Blues du fleuve» pour Podor et environs. Baaba Maal qui s’est confié, en exclusivité, à WalfQuotidien ne fait pas fine bouche des retombées positives de son festival.

(Correspondance) – S’il constitue une vitrine pour la ville de Podor ainsi que pour le département, le festival blues du fleuve de cette année aura beaucoup participé à l’attractivité économique de la zone. Cet évènement culturel a aujourd’hui fini de faire vivre des populations. Mieux, ce festival de dimension mondiale a dopé l’entreprise locale : hôtels, restaurants, transport, hébergement, élevage, agriculture. Dans ce secteur, grâce aux retombées du festival, le lead vocal du Dandé Lénol a déjà fini de mettre en valeur plusieurs hectares de terres au profit des milliers de jeunes qui y ont trouvé des emplois. Baaba Maal qui s’est confié à WalfQuotidien de révéler que jamais festival n’a eu à donner autant de retombées économiques positives pour son lieu d’implantation.

Grâce à son projet Nanka qui ambitionne de lutter contre le sous-développement, le roi du «Yeela» a, cette année, mis en valeur le périmètre rizicole de Mbawandé. Il s’agit de terres situées dans les alentours de la ville de Podor. A ce jour, ce projet emploie presque trois mille personnes. Des champs qui sont, en ce moment, en phase de récolte. De très bons rendements en riz sont d’ailleurs attendus, renseigne Issa Dial son chargé de communication qui explique que cela va aider à atteindre l’autosuffisance alimentaire dans la vallée.

Pour lutter contre la désertification, le lead vocal du Dandé Lénol et son groupe ont, en collaboration avec GreenPeace, planté plus de six mille arbres. La ville de Podor est, aujourd’hui, sans déchet plastique, souligne Issa Dial. Ceci grâce à la sensibilisation et à la mobilisation de tous les fils de Podor. Mieux, grâce à Nanka, le village de Bélel est électrifié avec de l’énergie solaire. Dans le domaine de l’élevage, Baaba Maal a procédé à la pose de la première pierre de Nanka pastoral. Ce qui va beaucoup aider les éleveurs qui profiteront des retombées venant dudit projet. Cerise sur le gâteau, la mise en circulation des bus appelés Ya Ngarta permet aux populations du département de voyager en toute saison sans contrainte majeure. Pour simplement dire, selon leur initiateur que «les +Blues du fleuve+ ont apporté une embellie pour l’ensemble de l’économie locale». Selon Baaba Maal, il n’y a pas que du ludique et du festif. Les 72 heures ont été bénéfiques pour l’image de Podor et pour son économie qui, de plus en plus, attire les grosses fortunes et les regards du monde entier.

 

 

 

 

Abou KANE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *