CNG : Alioune SARR cède la place à Bira SENE

Comme annoncé dans ces colonnes, le Comité national gestion de lutte (CNG) a bien changé de patron. Bira SENE a été plébiscité à la place du Dr Alioune Sarr. Et ce n’est pas tout. Le désormais ancien président du Comité régional de Kaolack aura comme adjoints, Manga 2 qui s’occupera de la lutte simple et de la championne olympique Isabelle SAMBOU.

Après 26 ans de règne, Alioune Sarr a quitté, hier, la présidence  du Comité national de gestion de la lutte (Cng). Il y a été remplacé par Bira Sène, qui était le président du Comité régional de la lutte à Kaolack. Autrement dit, c’est un homme du sérail qui a été plébiscité au poste pour remplacer le médecin chirurgien. Face au ministre des Sports, hier, le nouveau patron de la lutte sénégalaise a promi de suivre les œuvres réalisées par son prédécesseur. «Je salue et remercie l’autorité et le monde de la lutte qui ont fait confiance à ma modeste personne pour présider aux destinées de la lutte sénégalaise. Une mission que je compte toutefois mener et réussir avec l’accompagnement et le soutien de tous les acteurs qui gravitent autour de l’arène sénégalaise», a déclaré le désormais ancien président du Comité régional de gestion de la lutte à Kaolack.

 

Parlant de son prédécesseur, il déroule le tapis rouge à Alioune Sarr. «Devoir remplacer Alioune Sarr à la présidence du Cng, est une lourde tâche. Parce que cet homme a tout donné à cette discipline. C’est lui qui a notamment fait de la lutte ce qu’elle est devenue aujourd’hui. Par conséquent, on ne peut que le remercier et souhaiter bénéficier de ses conseils et de son accompagnement pour répondre aux attentes», a déclaré le nouveau patron de l’arène sénégalaise.

 

Bira Sène pourrait toutefois compter sur ses collaborateurs. En effet, dans le bureau, il a comme premier adjoint, l’ancien champion de l’arène sénégalaise, Manga 2. Ce dernier a en charge la présidence de la lutte simple. Comme deuxième adjoint, Bira Sène, a, à ses côtés, la championne olympique, Isabelle Sambou.

 

 

 

 

 

 

Mamanding Nicolas SONKO

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*