Categories Actualités

DAKAR DEM DIKK Les syndicats à couteaux tirés

Le Syndicat unitaire de Dakar Dem Dikk (Sut3d), affilié à la Confédération des syndicats autonomes (Csa) s’érige contre ce qu’il considère comme le syndicalisme de chantage et d’intérêts politiques teintés de calomnies et de bravades. En conférence de presse, avant-hier, les syndicalistes favorables au directeur général de la boîte, Me Moussa Diop, dénoncent le comportement de l’autre syndicat de la société nationale de transport urbain, dirigé par Mamadou Goudiaby.

 

Ce n’est plus un climat de sainteté qui règne entre les deux tendances syndicales de Dakar Dem Dikk. Après la sortie du syndicat dirigé par Mamadou Goudiaby, c’est au tour du syndicat dirigé par Omar Gaye d’apporter la riposte. En effet, les partisans de l’avocat accusent le camp adverse de ne pas travailler à la réussite des programmes de modernisation et de développement économique et social enclenché par la nouvelle équipe dirigeante. Selon le secrétaire général du syndicat, Omar Gaye, Mamadou Goudiaby et ses acolytes ne font ni plus ni moins que de la politique. Pour le chef de file des travailleurs favorable à la direction, une majorité syndicale même confortable ne donne pas le droit d’alerter le monde par la médisance, l’intoxication et les contrevérités. D’après le patron des syndicalistes, depuis quelques temps, les travailleurs assistent à un véritable tapage médiatique de la part de l’autre camp. Pour lui, Dakar Dem Dikk a plus besoin d’un climat social apaisé qui constitue à ses yeux le seul gage de confiance de l’Etat actionnaire à hauteur de 76 %. M. Gaye a conjugué au passé les difficultés que rencontrait la société Dakar Dem Dikk. Pour lui, cela était dû au manque de pièces de rechange des bus en circulation. «Les nouveaux bus viennent avec des pièces de rechange. D’ici décembre, il y aura une amélioration dans la fréquence des bus. Avant Me Diop, on avait des problèmes de salaires, d’avance Tabaski, les tenues de travail et des dettes. Il a épongé les dettes. Dakar Dem Dikk est sur des rails», s’exclame-t-il.

Par ailleurs, le syndicaliste regrette le fait que malgré la nomination du quatrième directeur général à la tête de la société, l’entreprise vit encore les mêmes troubles, grèves et autres situations qui freinent tout élan de développement et de modernisation. Sur l’institut de prévoyance maladie qui semble être la pomme de la discorde entre les deux parties avec une dette de 277 millions de Fcfa, le secrétaire général du syndicat, Omar Gaye et ses camarades précisent qu’elle date du temps de feu Christian Salvy, ancien patron de la société.

Dans la même lancée, il relève que certains trouvent des prétextes, les mêmes depuis la naissance de Dakar Dem Dikk en 2000 pour prendre en otage les travailleurs et toutes les directions générales qui se sont succédé. Ainsi, il estime qu’il est grand temps que les autorités agissent sur les vraies causes de cette instabilité planifiée par des politiciens encagoulés qui agissent selon leurs intérêts. Non sans inviter le ministère de l’Economie, des Finances et du Plan de payer les dettes dues à l’institution de prévoyance maladie en vue de permettre aux travailleurs et leurs familles de se soigner.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *