DEUXIEME «EDITION LIMITEE» DE L’OIF De jeunes créateurs initiés à la conception du boubou

Durant dix jours, la styliste sénégalaise Thiané Diagne va prendre sous son aile huit jeunes créateurs issus de l’espace francophone. Ils vont se familiariser à la confection et à la conception du boubou, domaine de prédilection de Jour J.

Un atelier de formation de haute couture destiné aux jeunes créateurs de l’espace francophone est ouvert hier à Dakar. Après le styliste ivoirien d’origine Burkinabè, Pathé’O l’année dernière, c’est la directrice de la maison de couture Jour J, Thiané Diagne qui prend le relais de la formation.

C’est la deuxième édition du programme d’appui au développement de carrière des créateurs de mode art du textile et accessoires. Elle est initiée par la section de la diversité culturelle et du développement de l’Organisation internationale de la francophonie (l’Oif), dénommé «Edition limitée».

A l’instar de l’édition précédente, huit jeunes créateurs, du Burkina, de la Tunisie, de la Côte d’Ivoire, du Sénégal etc. issus de l’espace francophone et ayant déjà un acquis dans le domaine de la couture, prennent part à cet atelier officiellement ouvert hier, dans les locaux de Jour J. Selon le créateur Pathé O, par ailleurs parrain de cette deuxième édition, Thiané Diagne a été choisie par la francophonie pour ses talents et son savoir-faire dans le domaine de la mode. «Elle est reconnue pour ses talents notamment dans la conception des boubous qui est sa spécialité, en plus la matière qu’elle affectionne particulièrement qui est la soie, est une matière noble et difficile à travailler, les apprenants gagneront avec elle durant ces deux semaines de formation», a-t-il confié.

Le thème retenu cette année «Le boubou en itinérance» est une manière selon la formatrice Thiané Diagne, de familiariser les candidats à ce modèle répandu en Afrique. Pour elle, le boubou voyage et en ce sens, «nous voulons à travers la collection qu’ils vont présenter, voir la vision qu’ils ont du boubou, puisque parmi les candidats, se trouve un européen qui n’a pas forcément une idée de ce modèle»

Les participants vont s’appliquer de la conception jusqu’à la confection des cinq tenues qui vont composer la collection de chacun. «La formation se composera d’ateliers sur les croquis, le traçage, le patronage ainsi que la réalisation de produits», renseignent les organisateurs.

Une seconde phase axée sur l’entreprenariat et les systèmes de management de qualité est aussi prévue pour les jeunes créateurs. Une manière, selon Diagne, de leur apprendre comment gérer leur affaire au sortir de la formation. Dans la foulée, une visite professionnelle dans des ateliers de grands couturiers sénégalais à l’image d’El Hadji Kébé, Ibrahima Sène ou encore Collé Ardo Sow ainsi qu’une visite dans les marchés, dans les boutiques de merceries sont aussi inscrites dans le programme des dix jours de formation.

Le défilé de restitution est prévu pour le 31 juillet prochain. Ce programme de repérage des talents a pour vocation, selon l’Oif, de faciliter l’accès à une formation spécifique de haut niveau et de promouvoir la recherche, la création artistique, les savoir-faire traditionnels et l’innovation dans ces disciplines aux jeunes créateurs. L’Oif accompagnera les jeunes créateurs en leur fournissant des matériels pour l’ouverture de leur atelier.

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*