En bisbille avec son club : El Hadji Diouf s’explique

Nous vous faisions hier état d’une brouille entre l’attaquant international sénégalais El Hadji Diouf et les dirigeants de son malaisien, Sabbah. Une affaire qui a coûté même au «Bad boy» son brassard de capitaine. Dans les colonnes de L’Observateur, Diouf s’explique. Selon lui, «les dirigeants sont tout simplement jaloux». «Je n’ai aucun problème avec les dirigeants (de Sabbah). Ils pensent que je vais partir parce que le Prince Tmj (surnom de Tanku Ismaïl Sultan Ibrahim» qui est le président du plus grand club d’ici, Jdt (Johor Durul Ta zim ou Johor Football Club, est devenu mon ami. Qu’ils pensent que ce qu’ils veulent, ce n’est pas mon problème», dit-il. «Ils sont jaloux de notre amitié, il ya que ça. Le Prince est un grand homme avec des ambitions énormes. J’assume cette amitié. Le football malaisien a besoin de dirigeants de sa trempe. Il ne lésine pas sur les moyens pour faire grandir son club. Il n’y pas, en Malaisie, une personne qui refuserait de travailler avec lui. Contre eux, (l’équipe du Jdt), j’ai marqué et livré une passe décisive. Pour vous dire que malgré notre amitié, je fais mon boulot sur le terrain. Aujourd’hui, il (le Prince) a dit à la télé qu’il pourrait créer une école de football au Sénégal. Tous les grands clubs ont des écoles de football en Afrique. Pourquoi pas Jdt? S’il me le demande de l’aider, je le ferai avec plaisir», explique Diouf.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*