La société civile vent debout contre le 3ème mandat

La société civile prévient Macky contre le 3 e mandat. Réunies dans une plateforme regroupant plus de 12 orga- nisations dont Y’en a marre, la Raddho, Frapp…, elles ont lancé la plateforme «Jamm a Gëm». Elles préviennent sur une situation d’instabilité dans le pays.

En conférence de presse, hier, Alioune Tine et Cie invitent le chef de l’État à ne pas se présenter à l’élection présidentielle de 2024 par respect à la constitution et de la parole donnée. «Monsieur le Président, de grâce respectez la Constitution, respectez votre parole «ndax Jàmm Gën troisième mandat», disent-elles. «Monsieur le Président vous aviez dit et répété à mainte occasions, avant votre réélection en 2019 que vous n’aviez pas la possibilité de faire plus de deux mandats consécutifs, vous l’avez même clairement indiqué dans votre ouvrage, ‘’Le Sénégal au cœur’’ – 2019, en précisant à la page 165 : ‘’Et me voici de nouveau devant vous en vue de solliciter votre confiance pour un second et dernier mandat», rappellent ces organisations. «Nous, citoyens sénégalais, n’avons aucun doute que cette disposition est très clairement comprise à votre niveau car, en tant que témoins de la réforme, nous savons tous qu’aussi bien dans l’esprit que dans la lettre logistique, la limitation des mandats à deux est sans équivoque et définitivement ancrée dans la loi fondamentale qui organise le mode de représentation et les mécanismes démocratiques de notre République», ajoutent-elles.

Alioune Tine trouve «absurde» de revenir sur les mêmes combats qui les op- posaient au président Abdoulaye Wade 11 ans après. «Ça me gêne de revenir ici avec ces jeunes pour les mêmes combats qu’en 2011. C’est absurde», a soutenu le patron de AfricaJom Center. Selon lui, partout en Afrique, les conséquences d’un forcing pour les troisièmes mandats ont été particulièrement tragiques et lourdes pour les populations. C’est pourquoi, d’après lui, les Sénégalais tiennent à éviter à notre pays un scénario du chaos. Une catastrophe dont les conséquences pourraient être encore plus dramatiques que le bilan de 2012, selon la société civile qui invite Macky Sall à faire une déclaration ou- verte pour lever toute équivoque et installer définitivement le Sénégal dans des conditions de sérénité, de paix et de stabilité durables.

Magib GAYE

Exit mobile version