Categories Actualités

MANIF A l’UCAD : DEUX CANDIDATS AU CONCOURS DE LA FASTEF ENVOYES AUX URGENCES

Le régime de Macky Sall ne fait aucun cadeau aux empêcheurs de tourner en rond. Les étudiants candidats au concours de la Fastef, l’ont appris à leurs dépens. Hier, alors qu’ils réclamaient la publication des résultats de la session 2015-2016 dudit concours, les policiers sont intervenus blessant deux d’entre eux.

Les étudiants de l’université Cheikh Anta Diop de Dakar qui espéraient, à travers le concours d’entrée à la Faculté des sciences et technique de l’Education et de la formation (Fastef), intégrer l’enseignement vont devoir explorer d’autres pistes. Si le chemin qui menait à cette faculté est devenu assez étroit, l’Etat l’a davantage réduit. En effet, en annulant purement et simplement le concours qui a été programmé et pour lequel plus de 17 000 candidats s’étaient inscrits. Ces derniers, non-contents, de cette décision ont manifesté hier leur mécontentement.

La manifestation  a dégénéré. Les étudiants qui voulaient barrer l’avenue Cheikh Anta Diop de Dakar, ont eu du répondant. Racontant la scène,  Cheikh Bamba Diop qui se présente comme le coordonnateur des sortants de Fastef renseigne que les forces de l’ordre ne les ont pas laissé le soin de dérouler leur plan d’action. Dès qu’ils ont pointé le bout du nez sur ladite avenue, les policiers ont réagi. Résultats des échauffourées : deux étudiants blessés. Un étudiant, du nom de  Djim va recevoir un éclat de grenade en plein tête. «Ils ont touché deux de nos camarades. L’un a été atteint à la tête par une grenade. Il a perdu beaucoup de sang.  Il est longtemps resté aux urgences. Aucune autorité ne s’est manifestée pour voir comment il allait.  L’autre étudiant, B. Diop a été lui touché à la main gauche mais il y a eu plus de peur que de mal», déclare Cheikh Bamba Diop joint au téléphone.

Poursuivant, l’étudiant observe : « c’est le seul argument qu’ils ont, maté les étudiants. On a effectué toutes les démarches, mais le Premier ministre refuse de parler avec nous. On a essayé de rencontrer également le ministre de l’Education nationale. Mais personne n’a voulu nous écouter. Ils nous ignorent totalement. C’est injuste. Pourtant se sont eux qui ont lancé le concours. C’est eux qui ont ouvert les listes d’inscription ».

S’arrêtant au concours, Cheikh Bamba Diop croit comprendre que la publication des résultats du concours de la Fastef, pour la session 2015-2016, est un impératif. « Cela ne peut pas se comme cela. S’ils ne publient pas les résultats, ils vont encore entendre parler de nous », avertit-il.

 

 

 

WALF

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *