Mauritanie: le Président annonce de fortes hausses des retraites et des salaires dans la Santé et l’Education

Retraités, veuves, personnel enseignant, agents de santé et personnes vivant avec un handicap sont les principaux bénéficiaires des importantes mesures sociales annoncées par le président à l’occasion de la fête de l’indépendance.

La République islamique de Mauritanie a célébré ce samedi 28 novembre 2020 le 60e anniversaire de son accession à l’indépendance.

Sacrifiant à une tradition républicaine, le président Mohamed Cheikh El Ghazouani, a présidé un défilé militaire dans la principale artère de la capitale.

Mais le fait marquant de cette édition a été un message à la nation à travers lequel le chef de l’Etat a annoncé 10 mesures sociales phares, en faveur des retraités, des veuves, du personnel enseignant, des agents de santé et des personnes vivant avec un handicap.

Dans ce discours à la nation, Ghazouani a annoncé «une augmentation de 100% de la pension de base pour tous les retraités. Un doublement de la pension des veuves et de leurs prestations d’assurance maladie. Le paiement mensuel de la pension de retraite».

Concernant le traitement du personnel de l’enseignement, le gouvernement mauritanien a décidé «la généralisation de l’indemnité de craie pour inclure tous les directeurs d’écoles primaires et secondaires et de l’octroyer sur une période de 12 mois au lieu de 9 précédemment; une augmentation de la prime d’éloignement. Et enfin, une augmentation de l’indemnité d’encadrement au profit des inspecteurs de l’enseignement de base, secondaire et technique, d’un montant de 10.000 ouguiyas anciennes (27 dollars)».

Toutes les personnes vivant avec un handicap ont été également touchées par cet élan de générosité avec la création «d’une assurance maladie et le versement de transferts financiers mensuels d’un montant de 20.000 ouguiyas anciennes (54 dollars) pour les enfants handicapés».

Ces différentes mesures s’inscrivent dans une action coordonnée visant à mettre fin «à l’injustice, l’exclusion et la précarité, pour l’instauration d’un Etat de droit, la consolidation des libertés et la promotion d’un développement durable», a-t-il été précisé.

 

 

 

 

 

 

Le360Afrique

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*