Me Bourdon : le Jaraaf a versé la caution, Lamine DIACK va rentrer au Sénégal « dans les jours qui viennent »

L’ancien président de la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF) va pouvoir retrouver très bien tôt son pays d’origine. Après plus de cinq ans bloqué sur le territoire français, du fait d’une injonction du juge du tribunal de grande instance de Paris, Lamine Diack a obtenu de ce dernier l’autorisation de rentrer au Sénégal. L’information a été confirmée par l’un de ses avocats, Me William Bourdon, dans un entretien avec la RTS.

‘’Il était bloqué en France, parce que le juge lui avait fait une interdiction de quitter le territoire français. Il s’est conformé à cette interdiction avec beaucoup de rigueur, sans se plaindre. Enfin, est venu le jour de la délivrance avec la possibilité de rejoindre sa terre natale. C’est un grand fils du Sénégal qui va pouvoir retrouver sa ville, sa famille, ses proches, ses enfants qu’il n’a pas vus depuis si longtemps’’, a déclaré la robe noire.

Selon l’avocat, c’est ‘’une grande émotion’’ de voir que l’ancien président du Comité national olympique et sportif du Sénégal (Cnoss) va pouvoir ‘’embrasser ses frères, ses petits-enfants. On est très content de ce dénouement’’.

Maitre Bourdon a confirmé le versement de la caution qui s’élève à 500 000 euros (327 millions de francs) et l’ordonnance du juge pour la restitution de son passeport. A la mi-avril, le Jaraaf de Dakar s’était engagé, à l’issue d’une Assemblée générale extraordinaire, à prendre totalement en charge le versement de la caution fixée par le juge français.

Toutefois, l’avocat dit ne pas être en mesure de dire avec certitude le jour où Diack va atterrir à Dakar. ‘’Maintenant, c’est une question de modalité, d’organisation. Je pense qu’il va atterrir sur le tarmac de l’aéroport de Dakar (AIBD) dans les jours qui viennent. Peut-être en début de semaine prochaine, je ne sais pas. Mais dans tous les cas, c’est proche maintenant’’.

Cependant, le retour au pays de l’ancien patron de l’athlétisme mondial ne signifie pas la fin de ses ennuis judiciaires, a rappelé Me William Bourdon. ‘’La décision qui a été prise est une décision humaine, qui permet à un homme très âgé, qui souffre de pathologies importantes, qui s’est toujours montré très digne, de rentrer chez lui’’, a-t-il commenté.

Condamné en septembre dernier à quatre ans de prison, dont deux avec sursis, et au paiement de 500 000 euros d’amende pour corruption active et passive et abus de confiance, Lamine Diack et sa défense ont interjeté appel. ‘’Il y a une procédure en appel sur la condamnation dont il a fait l’objet. Il y en a une autre, celle du CIO où il s’est expliqué aussi précisément et sincèrement possible devant les magistrats instructeurs, il y a quelques mois. Donc, tout n’est pas terminé’’, a expliqué l’avocat.

Celui-ci se dit néanmoins optimiste pour la suite. ‘’Nous restons confiants avec mon confrère et ami Simon Ndiaye sur l’issue de cette procédure et sur le fait que notre parole soit entendue de la façon la plus convaincante possible par les juges’’.

 

 

 

 

 

EnQuête

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*