ON EN PARLE Une simple parole au festival Ecrans noirs

Le documentaire Une simple parole des sœurs Sylla, Mariama et la défunte Khady est au programme de l’édition 2015 du festival Ecrans noirs de Yaoundé au Cameroun, informe-t-on sur la lettre de Imagesfrancophones. Ce sera du 18 au 24 juillet prochain. Au total,  81 films sont sélectionnés dont 11 en compétition internationale pour l’Ecran d’or.

Une simple parole, un titre suggestif, rappelle l’importance de la parole dans la culture africaine. Par le biais de leur grand-mère, gardienne de l’histoire familiale, les deux réalisatrices sénégalaises plongent les cinéphiles dans leur intimité.  Selon le réalisateur Bassek Ba Kobhio, promoteur du festival, le thème de cette année revient sur «Numérique et exigence de formation. »  Pour les organisateurs, la révolution du numérique apporte des mutations profondes dans notre cinéma. La formation est incontournable pour l’accès à l’emploi. La sélection des fictions fait la part belle à l’Afrique de l’Ouest (Guinée, Sénégal, Guinée Bissau, Burkina Faso et Côte d’Ivoire) avec 5 films sur les 11 longs métrages retenus. On retrouvera ainsi Timbuktu d’Abderrahmane Sissako, L’œil du cyclone de Sékou Traoré, étalon de bronze au Fespaco 2015 et ses deux acteurs principaux, l’Ivoirien Fargass Assandé et la Sénégalaise Maïmouna Ndiaye, respectivement Etalon d’or de la meilleure interprétation masculine et féminine à Ouagadougou. Run de l’Ivoirien Philippe Lacôte est un récit  analysant le concept ultra nationaliste de l’«Ivoirité» qui a envahi la réalité politique de la Côte d’Ivoire.

Aucun Sénégalais présélectionnés pour le prix théâtre Rfi 2015

Pour cette seconde édition du «Prix Théâtre Rfi», le comité de sélection a reçu 216 candidatures en provenance de 24 pays d’Afrique, de l’Océan Indien, des Caraïbes, du Proche et Moyen-Orient. Douze textes inédits ont été présélectionnés pour leurs qualités littéraires, dramaturgiques et pour leur originalité. Il s’agit entre autres de La Nuit porte caleçon d’Hakim Bah (Guinée), Douze de Claude Biao (Bénin), À la guerre comme à la Gameboy d’Édouard Elvis Bvouma (Cameroun). Ces textes seront soumis au vote final du jury composé d’artistes et de professionnels, présidé cette année, par le dramaturge et romancier ivoirien Koffi Kwahulé. Le «Prix Théâtre Rfi» 2015 sera remis le 27 septembre à Limoges dans le cadre du Festival Les Francophonies en Limousin.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*