Ousmane SONKO : « Demain, nous allons tranquillement marcher pour nous rendre devant le juge »

Le leader de PASTEF a fait une nouvelle déclaration ce mardi soir pour expliquer sa décision d’aller répondre au juge du huitième Cabinet.  Ousmane SONKO indique avoir discuté avec ses avocats pendant un long moment. Une entrevue à l’issue de laquelle, il a décidé de déférer à la convocation du juge.  

Pour le député, le Pouvoir poursuit deux objectifs. « Le régime de Macky SALL veut m’éliminer de la course à la présidentielle de 2024 ainsi que de toutes les autres élections. C’est leur objectif principal, m’effacer des listes électorales. L’autre objectif, c’est de ternir mon image. De jeter l’opprobre, le discret sur un adversaire politique », analyse-il. Selon lui, connaissant les objectifs de leurs adversaires, il a fallu changer de fusil d’épaule.

En outre, explique Ousmane SONKO, en ne déférant pas à la convocation, il donne la possibilité au régime de créer un dossier dans le dossier. « Ils veulent nous charger avec un autre chef d’accusation. Si on refuse de déférer à la convocation, ils vont envoyer les forces de sécurité pour créer une confusion et ainsi pouvoir nous coller le délit de rébellion », souligne-t-il. Avant d’ajouter :  « demain, nous allons tranquillement marcher pour nous rendre devant le juge ».

Toutefois, assure le leader de PASTEF, cela ne veut pas dire qu’ils ont avons reculé. Cela ne veut pas non plus dire qu’ils ont arrêté de résister.  « Nous devons être mobilisés plus que jamais. Car, il ne sera pas question d’accepter l’injustice », clame-t-il. Une façon dire au juge qu’il aimerait rentrer chez lui une fois leur face-à-face terminé.

Ousmane SONKO n’a pas terminé sans interpeler Macky SALL. Il l’exhorte à libérer ses militants et les responsables de son parti.

 

 

 

 

 

 

WALFNet

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*