PREMIERE JOURNEE DE GREVE DU SAMES Les patients, victimes collatérales

La grève de 48h décrétée par le Syndicat autonome des médecins du Sénégal (Sames) a été largement suivie dans plusieurs hôpitaux et districts de Dakar et des régions. Le mouvement d’humeur a été durement ressenti par les malades. Etat des lieux.

Au service des consultations externes de l’Hôpital général de Grand-Yoff, seuls deux médecins (un gynécologue et un médecin en Orl) ont travaillé. Tandis que pour la pédiatrie, la gastrologie et l’orthopédie, aucun malade n’a été ausculté.

Tous sont retournés comme ils sont venus, tôt le matin des régions, après avoir consenti des dépenses supplémentaires dans leur transport. Ils n’ont vu l’ombre d’aucun médecin comme qu’ils le souhaitaient. Une situation qui a irrité plus d’un malade. «J’avais rendez-vous avec le médecin aujourd’hui, vous le voyez, il souffre. Mais il n’y a personne pour le prendre en charge», se lamente Khady Faye, une maman désespérée, le corps du môme qu’elle portait dans le dos brûlant de fièvre n’arrive pas à sécher ses larmes.

 

Cette situation découle de la grève générale de 48h décrétée par le Syndicat autonome des médecins du Sénégal (Sames) qui compte dans ses rangs pharmaciens, médecins dentistes. Selon des informations obtenues auprès du secrétariat du service des consultations externes, quelques malades présentant un état grave ont été, néanmoins, orientés au service des urgences où sept médecins étaient en poste, malgré la grève du Sames. Il s’agit de deux médecins en urgence médicale où l’enfant de Mme Faye a été finalement admis. Mais aussi de cinq médecins en chirurgie traumatologie, chirurgie urologie, chirurgie viscérale et en neurochirurgie. Cependant, seules les extrêmes urgences sont prises en charge. Les opérations sont quasi impossibles, car les opérations qui étaient programmées ont été toutes suspendues au motif de la grève qui s’achève, aujourd’hui, à minuit.

Au-delà de Hoggy, la grève du Sames a été largement suivie dans les autres hôpitaux et districts de Dakar, de même qu’à Thiès, Louga, Saint-Louis, Matam, Diourbel, Kaolack, Fatick, Tambacounda, Kédougou, Ziguinchor, Kolda et Sédhiou. C’est le constat dressé par les membres du Bureau exécutif national (Ben) du Sames qui ont rencontré, hier après-midi, la presse pour évaluer la première journée de grève totale. Dr Boly et ses collègues médecins en ont profité pour dénoncer le limogeage, par note de service en date du 23 juillet dernier, du médecin-chef du centre de santé de Hann-Yarakh, Dr Mbaye Paye par le maire socialiste Babacar Mbengue. Et ceci, «sans motif», soutiennent-ils. Les médecins promettent d’augmenter la tonalité de leur mouvement d’humeur, s’ils n’obtiennent pas gain de cause, et que cette grève n’est qu’un avertissement lancé aux autorités concernées.

 

Le Sames exige le respect du protocole d’accord signé, le 31 mars 2014, avec le gouvernement du Sénégal. L’effectivité de l’Acte III de la décentralisation figure aussi dans les revendications. Le syndicat dénonce, en outre, la mauvaise volonté du gouvernement concernant l’application dudit protocole d’accord. Et cela, malgré la médiation entreprise, depuis un certain temps, entre le gouvernement et le Sames, dans le sens du respect de ce qui a été signé entre les deux parties.

 

 

1 Commentaire

  1. I believe this is one of the most significant information for
    me. And i’m glad studying your article. But
    should commentary on some basic issues, The website style is
    wonderful, the articles is in reality excellent : D.
    Excellent activity, cheers

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*