Categories ActualitésSociété

Serigne Mouhamadou Araby NIASS : « Certains politiciens véreux préfèrent se servir et nous servir des insultes»

Les insanités qui empestent l’espace public ne laissent pas indifférent l’Imam Ratib de la grande mosquée de Léona Niassène de Kaolack. Dans la tribune ci-après, Serigne Mouhamadou Araby NIASS déplore cette situation et appelle les uns et les autres à la retenue. Selon lui, le confinement, dicté par la pandémie du Coronavirus, devrait inciter les Sénégalais non pas à se chamailler mais plutôt à une « introspection individuelle et une profonde méditation collective ».

 

Il est venu le temps de rappeler qu’aucune sénégalaise ou sénégalais n’est au-dessus des lois et règles qui nous unissent.
Toutes les religions célestes n’ont été révélées que pour installer, préserver et/ou restaurer l’ordre divin sur terre, un ordre bouleversé par les humains. Les Prophètes n’avaient pour mission que de rappeler.
L’Islam qui nous concerne, en tant que musulman, est une religion mais aussi un État, un ensemble de culte mais aussi de cultures, un système de vie qui a pour objectif d’adorer le divin mais aussi de respecter et de faire respecter l’humain.
Par conséquent, le Sénégal, pays de Cheikh Omar Al foutiyou(Al Moujahid), d’ El hadji Abdoulaye Niass( Al kabîr), de Cheikh Ahmadou Bamba(Al khadîm), de Seydi El hadji Malick Sy (Al halîm). Et de tous les Pères fondateurs des valeurs du Diom, du ngor, du kersa ainsi que l’ensemble des valeurs cardinales qui fondent nos diverses richesses en ressources humaines, mérite plus que ce qui s’y passe actuellement.
Certains politiciens véreux et de premier rang malheureusement, infestent la place publique par des contre- valeurs qui les caractérisent. Au lieu de servir de référence à la valeureuse jeunesse qui les a mis là où ils sont et de se battre pour mériter leur élection de faveur, ils préfèrent se servir et nous servir des insultes.
J’interpelle le Président de la République, de même que l’ensemble des élu(es) ainsi que tous les Sénégalais responsables, surtout les politiciens de ne point confondre méritants et militants. Lorsque l’ingratitude gagne du terrain et que la reconnaissance en perde, quand la richesse matérielle se substitue aux valeurs humaines et humanistes, quand l’humain se substitue au divin, des sanctions pour certains et épreuves pour d’autres nous hantent et nous harcèlent (Maladies incurables, psychose générale et généralisée, famines et disettes, pauvreté matérielle et avidité spirituelle,…etc.).
Le confinement devrait nous plonger dans une introspection individuelle et une profonde méditation collective mais voilà que nous en sommes à des querelles de subsistance, de part de marché et d’accumulation de richesses périssables, illégales et illégitimes comme si le malheur des Sénégalais faisait le bonheur de leurs dirigeants- politiciens, élus pourtant pour les satisfaire.
J’interpelle le Président de la République à prendre ses responsabilités afin de satisfaire les sénégalais méritants mais aussi de sanctionner les militants véreux, transgresseurs dont le comportement frise même le châtiment car, selon le saint coran, quiconque dénigre ou jette l’opprobre sur une femme, vertueuse de surcroît, sans aucune preuve ni 4 témoins oculaires, doit subir 80 coups de fouets et en public. Et que tous les responsables de ce scandale soient punis à la mesure de ce qu’ils ont commis.
Concernant la première Dame, elle mérite autant de respect que son Époux, le Président de la République. Selon le Coran :  » ya nissa annabî lastounna ka Ahadin mina nissa’i « (Oh femmes du Prophète-PSL ! Vous n’êtes pas n’ importe qui, comparées aux autres femmes).
Et ceci parce qu’elles sont des références (Royoukay). Et cela est valable pour la première Dame pour ce qu’elle symbolise pour les Sénégalaises.

Pour terminer, sachez que la justice est divine, la miséricorde aussi.

Mes ferventes prières pour un Sénégal de paix, de santé, de prospérité et d’unité.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *