Categories Politique

Vacances Gouvernementales : Les urgences mises entre parenthèses

La rareté des pluies, la dette intérieure, l’insécurité alimentaire peuvent attendre la fin des vacances gouvernementales. En effet, les ministres ont pris à partir de ce jeudi des congés pour un mois.

 Les ministres ont décidé de sacrifier à la tradition, ils ont pris un mois de congés, des vacances gouvernementales à partir de ce jeudi. Ainsi, les Conseils des ministres sont suspendus durant tout le mois d’août. Ces vacances gouvernementales interviennent alors que l’insécurité alimentaire  empire et s’étend presque partout dans le Sénégal. Elles arrivent également en cette période marquée par la rareté des pluies, surtout en ce mois d’août traditionnellement pluvieux. Enfin, ces vacances sont prises alors que les professionnels du Btp et les banques réclament 500 milliards de francs à l’Etat. Ainsi, au moment où les paysans scrutent le ciel et attendent désespérément les gouttes de pluies, de nombreux ministres vont faire le farniente sur les plages sablonneuses de la Petite côte, d’autres iront certainement faire du shopping à Paris, New York, Londres, etc. Le ministre de l’Intérieur Aly Ngouille Ndiaye est déjà à La Mecque.

Il faut dire que l’insécurité alimentaire persistante ne connaît pas de vacances. Elle s’est installée dans le pays depuis plus de deux ans. D’ailleurs, en visite dans la région de Kolda au mois de juin, Jean Pierre Senghor, Secrétaire exécutif du Conseil national de la sécurité alimentaire alertait sur l’accroissement rapide de l’insécurité alimentaire. Selon lui, en moins d’une année, elle avait touché cinq mille familles supplémentaires, passant de 42 000 à 47 000 familles. Aujourd’hui, cette insécurité alimentaire touche la quasi-totalité du pays, principalement le nord, le centre et l’est du Sénégal. «Famine et insécurité alimentaire sont des faits constatés au Sénégal par la communauté internationale après près de 60 ans d’indépendance. Un scandale, car la souffrance des populations dans les zones rurales affectées par l’insécurité alimentaire n’empêche pas le chef de l’Etat de se livrer à une distribution de deniers publics au profit de ses militants et partisans», dénonçait Abdoul Mbaye, le leader de l’Act.

Et le retard sans précédent des pluies, notamment dans le sud et le sud-est du pays, risque d’aggraver malheureusement la situation du monde rural. En effet, la pluviométrie de cette année est pour le moment catastrophique. Pas une goutte d’eau sur le centre, le nord et l’est du pays. Même le sud du pays qui est traditionnellement bien arrosé à pareille époque est confronté à une rareté des pluies. Ziguinchor, Bignona, Oussouye, etc n’ont pour le moment enregistré qu’une seule pluie depuis le début de l’hivernage. Pendant que les ruraux sont dans le désarroi, les citadins cherchent désespérément la queue du diable pour la tirer à cause du marasme économique qui aggrave la pauvreté en milieu urbain et péri urbain. Et l’augmentation du nombre de mendiants prouve à suffisance la crise économique. Toutefois, du côté du pouvoir, on assure que le gouvernement continuera à travailler malgré les vacances gouvernementales. Un ancien ministre affirme qu’il y a des ministres qui assurent l’intérim des autres, tout en faisant leur propre travail. «Le travail continue, ce sont les Conseils des ministres qui sont suspendus pour permettre à certains ministres de régler des affaires personnelles. Mais à chaque fois qu’il y a des ministres absents, d’autres restent sur le territoire national et continuent à travailler. Donc, il y a une continuité», explique notre source ajoutant qu’il y a un dispositif en permanence pour faire face à toute situation qui se présente.

 

 

 

Charles Gaïky DIENE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *